Il n’y a pas que du jazz au Festival International de Jazz de Montréal, tout le monde le sait! Et c’est très bien ainsi. Les amateurs de jazz (experts comme néophytes) en ont pour leur argent avec la riche programmation proposée chaque année (voir cet article qui vous recommande les principaux artistes jazz de 2017). Mais depuis des décennies, les organisateurs et programmateurs du FIJM ont élargi le spectre musical pour y inclure d’autres genres musicaux, mais à une seule condition : que la qualité soit au rendez-vous. Les choix sont clairement pris par des mélomanes, pour des mélomanes.

Voici mes recommandations des concerts à ne pas manquer parmi les artistes « non-jazz » de la programmation du FIJM édition 2017.

FEIST

À la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place-des-Arts, le 4 juillet 19 h 30 Billets ici

Elle vient enfin de nous livrer la suite du beau mais glacial « Metals » qui date déjà de 4 ans avec « Pleasure » paru en mai. Chaque album de l’artiste canadienne est un joyau qui prend son temps à être adopté, qui se dévoile au fil des écoutes, et surtout, qui dure. L’œuvre de Feist est l’une des plus importantes parmi les artistes canadiennes des 15 dernières années.

 

XENIA RUBINOS

L’Astral 29 juin 21h Billets ici

Son dernier opus « Black Terry Cat » est une merveille! Punché, original, avec beaucoup de caractère et d’humour. Vue sur scène trop brièvement au Newspeak l’année dernière, elle revient nous lancer au visage son rap, funk, offbeat rock dans la tronche.

 

BOB DYLAN

Au Centre Bell, le 30 juin 20 h Billets ici

Bon ok, c’est Bob Dylan. S’il reste une des dernières légendes du rock et du folk à encore performer régulièrement, avec les Stones et McCartney, ses concerts reçoivent des critiques mitigées : de émerveillés à confus, les fans de Zimmerman sont parfois déroutés par l’attitude de Dylan qui peut être généreux comme fermé sur scène. Un quitte ou double. Il reste que ses derniers albums sont solides.

 

KELLYLEE EVANS

Upstairs, le 4 juillet 19h et 21h45 Billets ici

Chanteuse torontoise aux multiples talents, la souriante et charismatique Kellylee Evans touche autant au jazz, qu’au soul et au blues. Du même calibre que les Lianne La Havas, Janelle Monae, Kelis et autres Alicia Keys de ce monde, une coche plus jazz, quand même.

 

CHARLOTTE CARDIN

Au Métropolis, les 30 juin, 1er et 2 juillet à 20h30 Billets ici

Wow! Trois soirs au Métropolis pour cette jeune artiste jadis propulsée par la populaire émission La Voix, et qui trouve la sienne, justement, dans un univers très intimiste, très sexy et charismatique. Rafraîchissant… et craquant! Sérieusement, elle a tout un talent, et doit être prise au sérieux.

 

THE BARR BROTHERS, avec BASSEKOU KOUYATÉ et AMY SACKO

Au Théâtre Maisonneuve de la Place-des-Arts, le 7 juillet 20h Billets ici

Les nouveaux chouchous des Montréalais (comme l’ont été feu Lhasa, Arcade Fire et Patrick Watson à une autre époque) ont mis le doigt dessus avec leurs derniers albums. Une authenticité, une flamme et une originalité créative contagieuses à chacune de leurs performances, que ce soit à l’extérieur au FIJM ou à l’Église Saint-Jean-Baptiste dans le cadre de POP Montréal…

Ils sortent cette fois de leur « zone de confort » (si on peut dire) avec une proposition de collaboration aussi surprenante que bienvenue : le temps d’un échange musical unique, les Barr Brothers partageront la scène avec le couple de musiciens maliens Bassekou Kouyaté et Amy Sacko.

 

JESSE MAC CORMACK

5e salle de la Place-des-Arts, le 3 juillet 19h Billets ici

Le guitariste et chanteur montréalais tourne autour des Barr Brothers et de Patrick Watson, que ce soit au niveau du label, du style musical ou encore de l’intensité sur scène. Mac Cormack concentre ce concert au FIJM à l’œuvre du légendaire bluesman Muddy Waters. Toute une commande, mais le gars a du talent.

 

MATT HOLUBOSWKI

Au Théâtre Maisonneuve de la P-d-Arts, le 8 juillet 20 h Billets ici

Une grosse commande pour ce nouvel artiste fort prometteur. Son deuxième album « Solitudes » l’a propulsé avec un succès critique plutôt unanime et une chanson fort populaire, The King, qui annonce une belle carrière.

 

YOUN SUN NAH

Monument National, le 28 juin 20h Billets ici

Cette chanteuse sud-coréenne qui échappe aux conventions m’avait épaté par ses reprises jazz délicates de certaines chansons hors normes de Metallica, comme de Léo Ferré et Jacques Brel. Elle apprend l’art de l’improvisation et voue une admiration à Ella Fitzgerald.

 

THIEVERY CORPORATION

À la salle Wilfrid-Pelletier de la Place-des-Arts, le 1er juillet à 19 h 30 Billets ici

J’avoue que ça fait un bail que je n’ai pas placé des titres de ce duo electro-lounge dans mes playlists, alors que c’était tout ce qu’on écoutant au tournant du siècle, aux côtés des US3, Guru et autres Morcheeba. Mais c’est leur plongeon dans le reggae qui m’allume ici… comme je suis un fan fini de la musique jamaïcaine. Hâte de voir comment ils approchent la chose!

 

À VOIR AUSSI

La soirée cubaine en compagnie de TRABUCO HABANERO
Le soulman ressuscité CHARLES BRADLEY
L’électro jazz swing de CARAVAN PALACE
La soul woman devenue adepte du reggae JOSS STONE
La sensuelle chanteuse et claviériste pop soul KENDACE SPRINGS

Consultez également notre liste des concerts de “vrai jazz” recommandés au Festival de Jazz 2017, ainsi que tous nos articles sur le festival!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.