Ce duo de Montréal a quelque chose qui rappelle autant Feist que tUnE-yArDs à la différence qu’ils ne sont pas aussi soul pop dans leurs chansons que la première ni aussi énergiques que la seconde. En fait, l’approche d’AroarA a plus en commun avec le duo signé chez Arts & Craft, SnowBlink avec une touche de The Books, au niveau mélodique et le panache d’une PJ Harvey. Marrant, ils nomment leurs pièces avec un numéro, qui ne correspond pas avec l’ordre dans lequel les chansons sont placées sur le disque (ex : la deuxième s’appelle #7).

La chanteuse (et percussionniste) Ariel Engle s’exprime avec passion, parfois jusqu’à en fausser légèrement sur l’instrument. Le guitariste Andrew Whiteman (Broken Social Scene, Apostle of Hustle) prend parfois le micro, enrichissant le son du duo. On pourrait qualifier leur musique d’expérimentale par moments, un peu à la façon du tout premier album de Beck, bien avant les hits (comme sur la troisième, intitulée #8).

 

Aroara ne manque pourtant pas de groove. Lorsqu’ils s’y mettent (#10), leur rythme entraînant fait taper du pied. L’oreille demeure intriguée par ces sons originaux qu’on entend en arrière-plan (orgue 60s, etc.) et les nombreux changements de structure. On reste sur le qui-vive.

Le minimalisme d’Aroara aurait pu être une perle folk à la Ida ou Bon Iver mais en choisissant l’éclectisme et l’électricité, ils amènent une dimension unique à leurs émotions brutes (la spectaculaire #4, beaucoup plus rock), créant une musique assurément plus difficile d’accès, mais ô combien plus passionnante. On ravive des souvenirs de The Ex, Cassiber ou Chris Cutler lorsque la touche un peu punk brut est mise de l’avant.

Un très bon travail, recherché et peaufiné. Il ne manque qu’un peu plus de mélodies mémorables pour atteindre le niveau de Merill Gerbus (de tUnE-yArDs), voire même PJ Harvey, ce qui est un très beau compliment dans mon livre à moi!

Aroara lançait son album le mercredi 16 octobre 2013 à la Sala Rossa (4848 boulevard St-Laurent, Montréal). The Sin and The Swoon assuraient la première partie.

AROARA
In The Pines
(Club Roll Music, 2013)

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Suivez AroarA sur Facebook

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.