La mode des jeunes talents qui font de l’électro pop a atteint de nouveaux sommets en 2013 avec la domination totale de Lorde, une inconnue Néo-zélandaise de 17 ans qui imposa son “Pure Heroine” au sommet des palmarès de plusieurs pays. Et avec raison, car les Royals, Team et autres Tennis Court sont de fulgurants succès autant artistiques que commerciaux, comme en témoignent les millions de visionnements sur YouTube.

Dans la même mouvance, on voit apparaître le “Big Boy”, un bel EP de la presque tout aussi jeune Charlotte Cardin, originaire de Montréal. Les fans de La Voix (émission à laquelle elle a participé en 2013) autant que les festivaliers d’Osheaga (où elle performe en 2016) l’adoptent et l’aiment d’amour! Sa série de trois concerts sold-out au Metropolis l’été dernier est une spectaculaire réussite!

Mais voilà que le second opus de Lorde ne fonctionnant pas aussi bien que le premier. La place se libère au sommet…

Une autre petite nouvelle à l’immense talent, Billie Eilish Pirate Baird O’Connell débarque cet été avec un solide EP de 8 titres dans la même mouture que ce que font Lorde et Cardin… et encore plus impressionnant, Billie Eilish n’a que 15 ans!

Née à Los Angeles en 2001 dans une famille de musiciens et d’acteurs, on lui enseigne à la maison afin qu’elle puisse peaufiner sa technique de chant, aux côtés de son frère Finneas O’Connell, lui aussi musicien. Elle commence à écrire et chanter ses propres pièces dès l’âge de 11 ans. En 2015, une de ses premières chansons est habilement intitulée sHE’S brOKen (voyez-vous le jeu dans la typographie? Brillant, n’est-ce pas?)

 

Pour en revenir à “Don’t Smile At Me”, c’est un solide recueil de 8 chansons où la voix de Billie est le principal élément captivant. Certaines chansons ont un habillage moderne qui rendent la comparaison avec Lorde évidente (Copycat ou encore plus marqué sur Watch) alors que d’autres une petite épice plus jazz cool (My Boy) ou sont basées sur quelques notes de piano, à la Alessa Cara (la bleusée idontwannabewitgyouanymore).

Ocean Eyes, sa toute première chanson à percer, sur Soundcloud en 2016, met en valeur sa très jolie voix, alors que sur Hostage, Billie Eilish replonge dans un univers plus intime.

C’est un excellent début de carrière que cette jeune chanteuse vient de signer ici avec “Don’t Smile At Me”, un album juste assez long pour montrer la solidité de son talent et juste assez court pour ne pas contenir de moments moins forts.

Ps : ne trouvez-vous pas qu’il y a un petit air de ressemblance entre Billie Eilish et la mannequin, actrice, chanteuse Cara Delevingne?

billie eilish cara delevingne

Billie et Cara

Franchement recommandé si vous n’avez pas peur d’intégrer un peu de pop dans votre vie.

billie eilish dont smile at me

BILLIE EILISH
Don’t Smile at Me
(Interscope, 2017)

-Genre: electro pop
-Dans le même genre que Lorde, Charlotte Cardin, Alessa Cara

Écoute et achat sur Google Play
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

La jeune Billie est déjà pas mal impliquée dans le monde de la mode, comme le démontre ses nombreuses photos sur ses réseaux sociaux. En voici quelques récents exemples, publiés sur sa page Facebook.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.