C’est un CharlÉlie Couture transformé en guitariste blues que l’on a vu et entendu au Club Soda hier, dans le cadre des FrancoFolies de Montréal. Tout un changement depuis son dernier passage chez-nous. Je l’avais vu au Festival d’été de Québec en 1997 lors de la sortie de son album « Le casque nu », qui représentait une renaissance artistique dans la carrière de l’artiste. Aujourd’hui, Couture est un artiste-peintre accompli, habitant et gérant sa galerie d’art à New York.

Accompagné d’un guitariste blues et d’un claviériste qui contrôlait le beatbox qui servait de rythmique, CharlÉlie Couture a à peine touché à son piano, préférant largement la guitare électrique, qu’il joue relativement bien (surtout comparé au piano!). Le vétéran auteur-compositeur-interprète ne s’en laisse toutefois pas imposer: il a fait décoller l’ambiance du Club Soda dès le départ du concert, ce qui n’était pas nécessairement évident vu les malaises créés entre Julien Sagot et le public, en première partie (voir autre texte ici).

charlelie-couture-live-montreal-2015-1

photo: Victor Diaz Lamich (Spectra)

Les chansons les plus blues rock de Couture firent d’ailleurs celles qui ont le plus plu au public montréalais. Un goût amer, a généré un bel entrain dans la salle, ce qui s’est confirmé de chanson en chanson.
Après 40 minutes de blues rock, l’homme a retiré ses lunettes fumées, ainsi que son veston coloré, et nous a raconté des histoires, parfois un peu improvisées, comme le conte de Bob le prophète, où « la frontière entre peut-être et sûrement n’existe pas ».

CharlÉlie Couture est un artiste qui vit dans le doute, qui se remet en question. Dans ses chansons récentes, il parle du moment où l’on se regarde dans le miroir, de celui où l’on passe « de l’autre côté ». Il a un très beau talent de raconteur. On voit les personnages, le décor, on comprend les situations, le contexte. Et puis, sa voix nasillarde sonne bien en anglais, sur des accords de jazz. Ses 12 dernières années passées à New York le font maintenant rêver en anglais. Hé, pourquoi pas!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.