Formé en 2009, le quatuor Cherry Chérie vient de faire paraître son premier album complet, après un premier EP en 2013. « J’entends la bête » poursuit les explorations rock ‘n’ roll du groupe, mais y ajoute une belle et salutaire diversité. Les années 50 et 60 sont à l’honneur et ont clairement servi d’influences sur les 13 chansons de l’album. Composé de Paolo Philpot, Gabriel L’Heureux, Étienne Beaulieu et Alexandre Craig, Cherry Chérie dit faire du « rétro-trash-bonbon », et offre autant des ballades folk que des pépites de pur rock décomplexé. Oui, on entend la bête gronder!

L’album débute avec la chanson-titre. La pièce s’ouvre avec quelques puissants accords d’orgue, suivis d’un électrisant motif à la guitare électrique. Il n’y a dès lors pas de doute : la musique de Cherry Chérie est capable de faire danser, bouger et déhancher. C’est d’ailleurs diablement efficace, avec des mélodies très entraînantes. La prochaine pièce, Cherry chérie baby, sonne presque rockabilly, avec un instinct animal qui se déchaîne. L’irrésistible Marilou rappelle un peu David Watts, des Kinks. Les superbes harmonies vocales du groupe sont très présentes sur ce morceau. L’irrévérence du quatuor est à son mieux sur l’éclatée Aussitôt dit aussitôt fait. Récupérée du premier EP, Pandémonium fait aussi preuve d’une belle énergie.

Plus loin, la jolie ballade Laura apporte un répit bien apprécié. Délicate et bien livrée, cette pièce se développe de belle manière, terminant avec un crescendo qui intègre piano et cordes. À l’instrumentation acoustique, Cours conclue l’album sur une note sereine et apaisante. À mi-chemin entre les ballades et l’intensité rock, Dépose tes fusils et Entre l’œuvre et le crime sont décontractées, avec même un petit quelque chose de country. Ponce Pilate est intéressante, mais la finale avec les « Je crache sur ta tombe » répétés devient un peu lassante. Bouge et Je fais ce qu’il me plaît tombent également un peu à plat.

Même si « J’entends la bête » s’essouffle quelque peu en deuxième moitié, la première partie contient d’excellentes chansons qui ont une énergie rock contagieuse et des mélodies hautement efficaces. Les ballades et les quelques chansons au tempo modéré montrent par ailleurs que Cherry Chérie est capable de varier sa proposition. Ça prouve finalement que s’inspirer des années 50 et 60 ne doit pas tout le temps résulter en des chansons au rythme effréné. Cet opus fera en sorte qu’on aura ce groupe prometteur à l’œil!

cherry-chérie-jentends-la-bête
CHERRY CHÉRIE
J’entends la bête
(Forêt Noire, 2015)

-Genre : rock rétro
-Un mélange entre The Beatles, Elvis Presley, The Kinks et Chuck Berry

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

La belle diversité de CHERRY CHÉRIE
Originalité70%
Authenticité80%
Accessibilité85%
Direction artistique85%
Qualité musicale80%
Textes75%
79%Overall Score
Reader Rating: (0 Votes)
0%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d'heures d'écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.