Les Cowboy Junkies roulent leur bosse depuis le milieu des années 80, toujours dans le même bon créneau. Leur 15e album studio en carrière est en continuité on ne peut plus directe avec leur production précédente: folk blues vaporeux, magnifique voix de Margo Timmins, guitare électrique ambiante. La recette est la même, et elle est gagnante (pourquoi la changer?).

Le 4e volume de la « Nomad Series » débutée en 2010 s’écoute tranquillement, comme toujours avec les Junkies. On apprécie les guitares de Michael Timmins qui utilise un peu plus l’acoustique (We Are the Selfish Ones, au rythme un peu plus souligné) et même un peu de distorsion (Idle Tales). On revient toutefois aux perles calmes et intimes que les Cowboys servent avec une si belle délicatesse, sur de magnifiques morceaux comme Angels in the Wilderness (qui se permet une guitare grinçante, très discrète, au fond, écoutez bien!).

 

La beauté de la voix grave et feutrée de Margo combinée à la rondeur des notes émises par son frère Michael Timmins créé des moments magiques, de pure beauté. Le batteur Peter Timmins, le 2e frère, a la sagesse de n’effleurer que quelques cymbales et toms ici et là, soulignant à peine certains passages. « Less is more » dans sa meilleure application. Il faudrait envoyer cet exemple aux chanteuses “à voix” qui font de la pop commerciale formatée et sans surprises… Margo insuffle une belle dose d’amertume dans son chant, sur Damaged From The Start, une très belle chanson d’amour où les blessures du passé sont à vif. Le piano électrique, les percussions et, plus loin, un violon se partagent l’espace.

Ce « Volume 4 » se classera avantageusement dans ma collection d’albums des Cowboy Junkies, pas trop loin derrière les classiques que sont « The Trinity Sessions » (1988) et « Lay it Down » (1996), mes préférés de ce groupe canadien.

Et, le saviez-vous, la famille Timmins et le bassiste Alan Anton sont tous nés à Montréal. Ils sont tous des descendants de Noah Timmins, l’un des fondateurs de la ville minière du nord de l’Ontario du même nom.

Je vous laisse sur un classique, leur reprise de Sweet Jane, originalement écrite par Lou Reed et interprétée par le Velvet Underground. Il est possible que vous vous souveniez de la version des Junkies dans le film Natural Born Killers…

cowboy-junkies-the-nomad-series-volume-4-the-wilderness

THE COWBOY JUNKIES
The Nomad Series Volume 4 – The Wilderness
(Latent Records, 2012)

-Genre: country folk

Lien vers achat en ligne (le site du groupe)
Devenez fan des Cowboy Junkies sur Facebook

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.