Je déteste les musiciens qui se croient tout permis. Ceux qui arrivent en retard, qui se prennent pour d’autres. Erykah Badu s’est pointée sur scène après que ses musiciens aient joué 15 minutes de muzak insupportable, après que son concert n’ait débuté quelque 30 minutes en retard…. Les sifflets commençaient à se faire entendre…

La reine du hip-hop soul a toutefois livré la marchandise dès le départ avec une magistrale interprétation de Fool For You, qui a mis en évidence sa  voix unique et son chant. Dès la seconde chanson, elle avait mis son public dans sa petite poche: tout le monde dansait dans la (pourtant trop confortable) salle Wilfrid-Pelletier. Son public, surexcité, réagissait à chaque punch. Elle les aura tenus debout la majeure partie de la soirée!

Les fans lui pardonneront ses errances sur le beatbox, parfois confus, et souvent inutile. Tout comme ils auront sans doute ignoré les projections vidéo complètement improvisées et dénudées de sens. On passait d’équations mathématiques à vues panoramiques de montagnes, d’une séquence à l’autre, sans aucune cohérence. Les fans n’ont probablement pas remarqué, absorbés qu’ils étaient par la diva, qui retirait à chaque chanson un morceau de linge (ce qui expliquait sans doute le long manteau et la casquette cachant ses yeux).

Sur scène, Erykah Badu est le mélange de Prince et de Diana Ross! Du charisme et du mystère, dans un tout petit bout de femme capable de moments soul enlevants comme d’autres plus muzak, pas très loin de la guimauve. Elle a véritablement triomphé au Jazz cette année, pour le plus grand plaisir de ses nombreux fans.

La voici en conférence de presse, avant le concert.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.