La formation québécoise Fjord a lancé un EP de 6 titres en cette fin d’été qui s’étire agréablement jusqu’en octobre. Une musique soyeuse et langoureuse qui a connu pas mal de succès sur Spotify, si on en croit les articles parus dans le Journal de Québec et Ici Radio-Canada.

Les riches sonorités bidouillées par Louis-Étienne Santais et Thomas Casault, deux gars de la ville de Québec constituent le canevas musical sur lequel Casault peut y déposer sa voix mate. Leur premier album est bien nommé: c’est en effet dans un grand bain de textures dans lequel l’auditeur est plongé, un peu dans la même veine que London Grammar ou leurs concitoyens Men I Trust (qui sont par ailleurs des amis du duo).

 

Si je devais leur associer des codes de couleurs, je dirais que la voix de Casault est plutôt grise. La musique de Fjord, plutôt bleue métallique. Sur I Get it Now, c’est d’une froideur implacable, un peu comme La Roux sait le faire, même si les propos sont très personnels (“What do you want from me?” répète-t-il, en finale). Sur Irrational, c’est un tantinet plus lent, mais toujours froid. Les mélodies sont correctes, pas toujours mémorables (Shapes) certaines passant visiblement au second plan derrière les arrangements electro trip hop.

La pochette de ce mini-album – que je découvre après avoir rédigé cette critique – représente fidèlement l’ambiance qu’on entend sur “Textures”. Une originale reprise du classique de Neil Young, Hey Hey My My, rehausse la beauté simple de cette légendaire mélodie qu’on a si souvent entendue en format folk.

fjord-photo-2016

Live en septembre 2016 (Photo: Sam St-Onge)

Avec ce type de musique, c’est souvent le charisme transmis par la voix qui fait une partie du travail de séduction sonore. Ainsi, Leslie Feist, James Blake, Hannah Reid (de London Grammar) et même la voix androgyne – pour ne pas dire féminine – de Mike Milosh sur le magnifique “Woman” de Rhye, agissent comme des aimants à oreilles. Fjord amène un autre angle, plutôt froid, qui vous allumera, ou vous laissera de glace, c’est selon.

Fjord a fait ses débuts en 2014 avec un premier EP, « Where We Lay » réalisé dans leur studio du cartier Montcalm. Claude Bégin (Karim Ouellet, Alaclair Ensemble) viendra ensuite co-réaliser la chanson Blue, qui sera écoutée plus de deux millions de fois sur les plateformes de diffusion musicales dans les mois suivant sa sortie en décembre 2014!

fjord-textures

FJORD
Textures
(indépendant, 2016)

-Genre: electro lounge
-Dans la même lignée que London Grammar, James Blake, Rhye, Men I Trust, Laurence Nerbonne

Lien vers la page Soundcloud du groupe
Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers la chaîne YouTube du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.