Le groupe québécois H’Sao avait lancé des albums prometteurs et donné de bons concerts dans les années 2001-2003, laissant entrevoir un talent musical intéressant, certainement, mais surtout, un fort engagement sociopolitique. Les revoici avec un solide disque, autant musicalement qu’au niveau des textes.

Plusieurs styles sont explorés, avec grande maîtrise : le folk entraînant (la cool Ana O inti), le reggae, l’afro-pop, le jazz vocal à la Richard Bona (Fatimata, avec de très beaux chœurs), une touche de r’n’b plus moderne (Depends on You – qui vire rapidement dans un air plus afro) toujours avec de très efficaces mélodies (Pleure sur moi). Plusieurs très bons moments qui plairont autant aux fans de Fela Kuti que de Tiken Jah Fakoly.

 

 

Au niveau des textes, on parle de peuples oppressés (Population humiliée), injustices sociales (Poussez, résistez), comme l’exclusion, l’immigration, la jeunesse oubliée ou encore les enfants soldats, un sujet toujours d’actualité dans leur pays d’origine le Tchad. Le titre de leur 3e album en carrière, « Oria », signifie « en avoir assez ». Certains moments sont en français, H’Sao virevoltant d’une langue à l’autre sans gêne.

Le parcours de H’Sao commence donc au Tchad, où les membres du groupe sont nés. Ils chantent dans l’église de leur père. En 1994, ils participent à la Fête de la Musique organisée par le Centre Culturel Français à N’Djamena et ils se produisent pour la première fois en dehors de l’église. Ce sera le début d’une longue série de concerts et un contact avec leur premier public. Ce n’est que vers 2000, après cinq ans de spectacles qu’ils achètent des instruments de musique et réorientent leur musique, essentiellement a cappella jusque-là.

Ce sont eux qui avaient créé cette magnifique reprise du classique Aimer d’amour de Boule Noire:

 

En 2001, ils représentent leur pays aux Jeux de la Francophonie tenus, cette année-là, à Ottawa. Charmés, ils déménagent à Montréal et d’un coup, leur carrière décolle : Festival International de Jazz de Montreal, Festival Nuits d’Afrique, les Francofolies de Montréal, Festival des Musiques du Monde… une présence remarquée aux bourses CINARS et RIDEAU qui donne lieu à une tournée de plus de 70 performances à travers le Québec, le Canada et l’Europe! Un premier album éponyme sort en 2003, puis un second intitulé « Vol 235 » est lancé en 2009.

H’SAO
Oria
(Ndjam, 2013)

-Genre: world

Suivez H’Sao sur Facebook

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré plongeant dans tous les genres et époques, Nicolas Pelletier a publié 6 000 critiques de disques et concerts depuis 1991, dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, lance le site RREVERB en 2014, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016. Il dirige maintenant la stratégie numérique d'ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada.