Parce que sa musique est brûlante, brillante, brute… Parce que son éloquence, à la fois douce, infâme et saline m’enchante avec des textes ciselés et crus! Parce qu’elle est en nomination pour le Prix Félix-Leclerc de la chanson 2016. Parce que son premier album (“La Bronze”, 2014) est une perle et qu’elle vient de sortir un excellent mini (EP), Rois de nous, il y a à peine quelques jours. Parce qu’elle sera bien en vue, avec plusieurs performances incluant un dj set, aux francofolies les prochaines semaines; Aussi en concert en première partie de Louise Attaque, le 14 juin.

Parce qu’elle est, pour moi, l’incarnation solaire et parfaite de la jeunesse féline qu’elle nous chante, nous rugit et qui, au final, nous allume et nous hante… Voilà pourquoi je vous parle de LA BRONZE, l’alter ego de Nadia Essadiqi. Une auteure-compositrice de talent, aux sonorités plutôt électroniques et urbaines, à la plume caniculaire qui mérite tout votre intérêt.

De l’attention, elle s’en est attiré tout un tas, surtout outre-Atlantique, récemment avec sa reprise en arabe (la langue de ses parents d’origine marocaine) du Formidable de Stromae; Près de deux millions de vues. Mais si son énergie et sa fougue lui confèrent la stature d’une star du pop en devenir, c’est sa poésie volcanique qui m’a séduit, aux premiers abords. Je me répète souvent sur le sujet, il est ardu de faire de l’excellente pop… Arriver à prétendre à l’universalité tout en étant audacieux, sensible, et surtout, en offrant une certaine opulence dans le langage n’est pas mince affaire. Mais LA BRONZE écrit admirablement et il est évident que ses textes sont au centre de son art. Il faut dire que l’artiste multi disciplinaire est aussi actrice, scénariste et journaliste, rien de moins!

 

 

Les sentiments trop imposants, le choc nocturne des corps et des âmes, les fièvres brutes qui assaillent, tous des thèmes prédominants de son univers musical. C’est l’ultime célébration de la jeunesse avec la flamme inextinguible de ses désirs et sa soif d’écho dans l’éternité qu’elle met de l’avant en chansons; Le tout avec grande ferveur torride! J’adore!

« … la liberté, celle des rues, qui redonne envie d’aimer ! » Chaud ! Très !

 

Labronzeroisdenous

LA BRONZE
Rois de nous
(Kartel Musik, 2016)

-Genre: Pop, Électro, Poésie urbaine.

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page (Facebook) de l’artiste

LA BRONZE - Tigresse qui s'illumine
Originalité85%
Authenticité95%
Accessibilité90%
Direction artistique80%
Qualité musicale85%
Textes90%
88%Overall Score

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Martin Curadeau
Blogueur - RREVERB

L’écoute d’un disque est un instant privilégié de rencontre avec l’essence même d’un créateur. Maelstrom de sons, myriades d’émotions et petits morceaux d’âmes à l’état brut.

Bien que la musique dite émergente (tel le rock indé.) est au centre de ses intérêts, sa curiosité n’a pas de bornes et il ne résiste, pour ainsi dire, à aucun style. Être transporté, chaviré, surpris et envouté par des albums est un rendez-vous quotidien.