Ces cinq hommes d’âge mûr, aux barbes grisonnantes, qui se présentent sous l’élégant nom La Maison Tellier, cultivent les excellentes chansons depuis dix ans déjà. Au Québec, on les remarquait en 2013 avec l’album « La Beauté pour tous » dont je vous parlais ici. Rencontrant un certain succès (au moins d’estime, sinon dans certains cercles appréciant la musique de qualité), ces cinq faux-frères rappliquent avec un cinquième opus, « Avalanche », tout aussi solide que le précédent.

La Maison Tellier sait aller chercher l’essence des choses, creusant sous le spleen de la vie quotidienne (Amazone). On y parle du sens de la vie (J’ai rêvé d’avalanches), de cette fabuleuse aventure qu’est la vie lorsque les choses vont bien (Cinq le chiffre parfait). Le chanteur-auteur Yannick y livre de poignantes confessions, y dévoile son âme d’une voix forte. Sur l’épique Haut, bas, fragile, il nous lance:

Laissez-moi dans l’état, où vous m’avez trouvé
Merci à ceux qui savaient, d’avoir voulu m’expliquer
Mais j’étais d’un autre temps, vous aviez d’autres mœurs
Moi ce que j’aime vraiment, c’est la musique… des ascenseurs
Pour l’échafaud, mais oui, celle qui donne envie de vous pendre
Laissez-moi vous serrer la corde, puis laissez-moi descendre
J’avais si peu à dire, qu’il fallait que je le chante
J’ai connu mieux que de grandir, dans les années nonante
Moi j’ai poussé sans trop de casse, en évitant les gouttes
Et depuis j’exhibe ma carcasse le long des routes
D’un pays pour qui au mieux, je ne ressens plus rien
Ils ont un avis sur tout, eux, ils n’auront pas le mien!

Ce n’est pas toujours aussi noir que dans cet hymne qui, musicalement, croit en intensité, lentement mais sûrement. La Maison Tellier n’est peut-être pas une maison joyeuse, mais on y dit les choses. On nomme les émotions. On n’emprunte pas de détours.

 

Il n’y a peu de plumes aussi élégante et volubile que celle de Yannick dans l’univers de la chanson rock. Sébastien, principal compositeur, est aux guitares, Hyacinthe à la batterie, Morgan et Frédéric, à la basse et aux cuivres. Pour la première fois, une ressource externe, Yann Arnaud, est amenée à la réalisation pour donner un coup de pouce aux cinq musiciens. La musique des barbus grisonnants qui l’entoure est parfaitement dosée pour être aussi intéressante d’elle-même, que complémentaire au propos. Un autre très grand cru signé La Maison Tellier.

Note Wikipedia : “La Maison Tellier” est une nouvelle de Guy de Maupassant publiée en 1881 dans le recueil de nouvelles homonyme. Se situant dans la continuité des récits sur la prostitution, elle constitue la nouvelle réaliste la plus célèbre de Maupassant après Boule de suif.

la maison tellier avalanches

LA MAISON TELLIER
Avalanche
(Disques at(h)ome, 2016)

-Genre: chanson rock
-Dans le même genre que Jean-Louis Murat, Daniel Bélanger, Detroit

Lien vers la page Google Play pour achat
Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers la chaîne YouTube du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.