Il y a quelques semaines, le gala concert de la 59e édition du Concours de musique du Canada, à Gatineau, a révélé les talents parmi les plus prometteurs de la relève musicale classique. Ils se sont produits en concert avec l’Orchestre de la Francophonie sous la direction de Nicolas Ellis.

Chaque année, environ 500 jeunes musiciens de 7 à 25 ans d’un océan à l’autre participent aux auditions de ce concours. Pour les chanteurs, l’âge limite est plutôt de 30 ans. Pour l’édition 2017, plus de 200 jeunes ont participé à la finale.

Nous avons pu entendre cinq des lauréats à l’occasion de ce gala concert, soit Angela Suet Kee NG (piano) lauréate dans la catégorie des 11 à 14 ans, Christine Ke Pan (piano) lauréate dans la catégorie des 15 à 18 ans, le Québécois Tristan Longval-Gagné, deuxième prix au Tremplin du CMC, et Jingzi Ruan et Charissa Vandikas (en deux pianos), lauréates du Grand Prix dans la catégorie des 19 à 30 ans. Le pianiste Jean-Michel Dubé, du Québec, lauréat du Prix Tremplin et de la bourse de 10 000$, n’a pas pu être présent. Qu’à cela ne tienne : Tristan Longval-Gagné, deuxième prix, a fort bien joué le Concerto no 1 de Chopin, qu’il avait révisé exprès pour cette prestation, puisque ce n’était pas son répertoire pour le concours.

Les lauréats du Concours de musique du Canada 2017

 

Toutefois, c’est le duo formé par la charismatique Jingzi Ruan et la non moins talentueuse Charissa Vandikas, qui a volé la vedette en présentant le Concerto pour deux pianos en ré mineur de Francis Poulenc. En parfaites complices, elles se sont avérées passionnantes à écouter et merveilleusement expressives dans cette œuvre que l’on aimerait décidément entendre plus souvent en concert. Ceux qui ont eu la chance d’être assis à l’avant et du côté droit de la salle n’ont pas pu s’empêcher de remarquer à quel point Jingzi Ruan communiquait avec sa partenaire par le regard, le sourire, tout le langage non verbal et bien entendu, par la 1musique.

C’est également dans Poulenc que l’Orchestre de la Francophonie a été à son meilleur, sous la baguette du jeune Nicolas Ellis, 25 ans et originaire de Chicoutimi. Ce dernier a remplacé presque à la dernière minute le directeur musical habituel de l’OF, Jean-Philippe Tremblay, absent pour la saison pour raisons de santé. Notons que Nicolas Ellis, également pianiste, est lui-même un ancien lauréat du CMC, dont il a remporté le premier prix en 2010.

Parmi les anciens lauréats du CMC, on compte également de grands musiciens qui ont aujourd’hui une carrière internationale, comme Marie-Nicole Lemieux, Louis Lortie et Marc-André Hamelin. Qui sait, peut-être que quelques-uns des lauréats de 2017 viendront rejoindre un jour la longue liste des musiciens classiques canadiens qui brillent à l’international.

L’an prochain, le CMC soulignera son 60e anniversaire en produisant une série de concerts partout au pays, qui réunira d’anciens lauréats, aujourd’hui célèbres, et de jeunes candidats, dans leurs régions d’origine respectives. La grande finale nationale se déroulera à Montréal, ville qui a vu naître le concours. Le Concert gala aura lieu à la Maison symphonique avec l’Orchestre Métropolitain. C’est un rendez-vous.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Caroline Rodgers
Blogueuse - RREVERB

Caroline a été foudroyée par la musique à l’âge de quatre ans en regardant un pianiste jouer dans un mariage. Par la suite, elle a consacré des années à apprendre cet instrument mais son talent sur le clavier aux touches noires et blanches étant limité, elle s’est tournée vers le clavier d’ordinateur en devenant journaliste. Si les classiques intemporels des grands compositeurs la font vibrer, elle n’est pas pour autant insensible aux charmes de la chanson francophone, du rock, du trad, du folk et leurs multiples déclinaisons.