Une autre année se termine… et avec elle, de nouveaux souvenirs de grands concerts s’inscrivent dans ma mémoire de mélomane! 2017 aura été une autre année faste en grands moments sur les scènes montréalaises, que ce soit lors des festivals de l’été ou dans les grands amphithéâtres de la métropole. J’ai tenté de vous trouver des extraits vidéos des concerts auxquels j’ai assistés, èa Montréal, et sinon ajouté des performances semblables, durant la même année.

1. PJ HARVEY

Metropolis, 14 et 15 avril 2017
C’est en recevant les chansons musclées des deux derniers albums de PJ Harvey en concert qu’on réalise leur grande qualité, et leur force. Non, il n’y a pas matière à rigolade. Les propos sont graves. Le groupe formé par Harvey autour d’elle est de haut niveau. Ils apportent un vaste éventail de combinaisons possibles, en changeant d’instruments, en ne jouant que les notes qu’il faut, pas plus, pas moins. Exemplaire! (suite)

 

2. MOUNT EERIE

Fédération ukrainienne, 16 septembre 2017 (POP Montreal)
Encore bien au coeur d’un processus de deuil douloureux, Elverum a courageusement annoncé qu’il ne chanterait “que des chansons adressées à Geneviève” ce qui allait être spécial devant amis et famille, étant donné que sa belle était Québécoise d’origine, avant de déménager avec lui à Washington. Ce fut un concert d’une intensité incroyable, avec une ambiance à la fois lourde et belle. Triste par la tragédie racontée, belle par tout l’amour témoigné par ce veuf nouveau papa. Un mélange de souvenirs, d’émotions confuses, de beauté naturelle, de rage envers ce cruel destin et de moments intenses, décrits avec justesse, pudeur, à coeur ouvert. (plus)

 

3. THIEVERY CORPORATION

Théâtre Wilfrid-Pelletier, PDA, 1er juillet 2017 (Festival de Jazz)
…leur concert fut absolument remarquable! Armé de cinq solides chanteurs/euses, le duo devenu quintet sur scène a tenu la foule debout et dansante de la troisième pièce jusqu’au rappel! Les gens ont envahi l’avant-scène et ont dansé sur les rythmes latins et jamaïcains… (suite)

 

4. KATERINE

Théâtre Maisonneuve PDA, le 9 juin 2017 (Francofolies)
Philippe Katerine est très drôle, et je n’essayerai certainement pas de vous raconter le concert d’hier soir au Théâtre Maisonneuve de la Place-des-Arts, il fallait être là. Quand vous le (re)verrez, remarquez toutes les expressions qu’il met dans les mots qu’il répète. Quand il fait la chanson Philippe, qui est simplement la répétition de la question « Comment tu t’appelles? » et de la réponse, il prend cinquante différentes tonalités, il communique cinquante différentes émotions, entre l’agacement, l’énervement et presque la violence! (suite)

 

5. THE BAD PLUS

Gésù, le 29 juin 2017 (Festival de Jazz)
The Bad Plus a offert une époustouflante prestation ce soir au Gésù, dans le cadre du Festival de Jazz. Chacune des pièces interprétées durant les quelque 75 minutes de leur concert comportait des moments enlevants, parfois habilement intenses, parfois entraînants, mais toujours extrêmement fascinants à observer. Un plaisir autant pour les yeux que les oreilles tellement ces artistes du geste maîtrisent leur art. (suite)

 

6. DONNY McCASLIN

Gésù, le 30 juin 2917 (Festival de Jazz)
Sur la scène du Gésù, l’énergique saxophiniste New-Yorkais alterne entre somptueuses mélodies et des passages vraiment chaotiques, complètement free jazz. L’un état comme l’autre ne dure jamais longtemps, laissant ses envolées le porter où bon lui semble. Entouré de Guiliana, un batteur vif, d’un bassiste électrique qui garde les choses simples en Nate Wood, et d’un claviériste aux mille sons, Linder, Donny McCaslin a joué du Deadmou5 (oui!), Lazarus et Look Back in Anger de Bowie et vanté la ville de Montréal et son festival qu’il connait bien pour y avoir joué régulièrement depuis 30 ans. (suite)
Concert complet ici:

 

7. CONES

Barfly, 14 septembre 2017 (POP Montreal)
LA-band Cones have a huge melodic talent, reminiscent of bands like Luna and maybe even Tame Impala and The War on Drugs. A great pop feel in the best sense of the word: catchy songs that stick in your brain the very first time you listen to them! (more)

cones at barfly 2017

Cones, photo by Nico Pelletier

8. JOSHUA REDMAN, RON MILES, SCOTT COLLEY & BRIAN BLADE

Maison symphonique, le 4 juillet 2017 (Festival de Jazz)
L’expression “jouer de la musique” prend tout son sens dans un concert comme celui que les quatre virtuoses ont présenté à la Maison Symphonique. Ils jonglent avec la composition qu’ils interprètent, ils s’amusent avec leur instrument dont ils connaissent tous les racoins sans en être blasés, ils échangent entre eux comme des gamins qui se lancent la balle ou se font des passes. (suite)

 

9. KAREN YOUNG & CORAL EGAN

Lion d’or, le 2 mars 2017 (Montréal en lumière)
Elles chantent ensemble depuis que Coral est née, nous a avoué Karen, et les deux femmes avaient un évident plaisir le faire sur scène. Elles se souriaient beaucoup, se regardaient yeux dans les yeux à chaque phrasé non seulement pour s’assurer de bien suivre chacune de leurs lignes harmoniques, mais aussi pour savourer ce moment spécial qu’elles partageaient ensemble. (suite)

Elles avaient présenté un concert semblable au Festival de Jazz en 2016:

 

10. THE BAGGIOS

Petit Rialto, le 13 septembre 2017 (POP Montreal)
Encore mieux, les Brésiliens The Baggios ont vite démontré qu’ils étaient dans une classe supérieure avec leur rock psychédélique très 70s. Parfois plus blues rock, parfois plus grunge rock, le trio peut compter sur Julio Andrade, un chanteur et guitariste très solide. Par moments, on se serait crus à Woodstock pendant les perfos de Santana ou de Ten Years After. (suite)

 

11. FLAVIA COHELO

Club Soda, le 4 juillet 2017 (Festival de Jazz)
La pétillante Brésilienne a su mettre en valeur son talent et son charme lors d’un tour de chant en formation réduite (en trio), jouant très bien de la guitare en plus de nous lancer des sourires dévastateurs!

 

12. TONY ALLEN

Monument National, le 8 juillet 2017 (Festival de Jazz)
Bon prince, et à sa place, Allen n’a pas l’air de vouloir mener le jeu. Il a plutôt l’air de vouloir être l’un des gars du band, sans plus ni moins. Sa batterie ronronne tel un moteur bien huilé, il n’a jamais besoin de trop bouger pour taper sur les bonnes peaux. Tout a l’air extrêmement simple, facile. C’est la marque des grands! (plus)

 

13. ZISKAKAN

Balattou, le 12 juillet 2017 (Nuits d’Afrique)
Le concert du groupe créole de la Réunion, Ziskakan, mené par Gilbert Pounia, représente exactement ce que sont les Nuits d’Afrique pour moi: des soirées sympas, où on retrouve des amis, ceux et celles qui sont importants comme la famille, dans une ambiance décontractée, comme si on se retrouvait pour une fête chez l’un ou chez l’autre. (suite)

ziskakan

Ziskakan (photo: Alain Mercier)

 

14. ZACH PHILIPS

Sala Rossa, 14 septembre 2017 (POP Montreal)
Zach Phillips started his set the second Cota’s violinists stopped playing. A grand-piano was placed so the crowd just turned aside and saw the musician ready to go. Phillips’ sense of humour, special type of deconstructed piano and easygoing and “sans prétention” (rare in high-end artist world) really made him closer than “complicated artists”. (more)

zach phillips sala rossa 2017

Zach Phillips (photo: Nico Pelletier)

15. MYRIAD3

scène extérieure Jazz Club du Casino, 4 juillet 2017 (Festival de Jazz)
Myriad3 are not the type of jazz band that will impress a crowd looking for speed and spectacular moves. They are in control, hit the right notes at the right time and take care of the details, like the volume of the drums in a song where the piano plays softly and the double-bass rumbles through. (more)

 

Mentionnons aussi les performances de A-wa, Connie Han Trio et Djwani Africa sur les scènes extérieures du Festival de Jazz, ainsi que Phronesis et Gwilym Simcock au Monument-National et le trio de Neil Cowley au Gésû et du couple canadien Whitehorse au Metropolis. Le chanteur reggae Jesse Royal a bien joué ses cartes au Théâtre Fairmount durant les Nuits d’Afrique et les artistes hip hop Red Rat et Ding Dong ont littéralement enflammé une des soirées du Festival Reggae de Montréal, dans le Vieux-Port. Le concert de Red Hot Chili Peppers au Centre Bell était magnifique, en partie grâce à la performance visuelle de Moment Factory.

Notez que je n’étais pas à Osheaga cet été – donc n’ai vu aucun des artistes y jouant – ni n’étais au concert flamboyant d’Arcade Fire qui semblait fabuleux si je crois ceux et celles qui y ont assisté.

À l’an prochain!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré plongeant dans tous les genres et époques, Nicolas Pelletier a publié 6 000 critiques de disques et concerts depuis 1991, dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, lance le site RREVERB en 2014, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016. Il dirige maintenant la stratégie numérique d'ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada.