Le magicien de la musique qu’est Michel Rivard a créé de beaux moments sur la place des Festivals samedi soir, aux FrancoFolies de Montréal.

Empreint de nostalgie, de moments contemplatifs de la beauté de la vie, Rivard partage ses moments créatifs dans de beaux élans poétiques. Il nous parle de Mélodie, avant de replonger dans nos souvenirs collectifs En veillant su’l perron, Only the Lonely (parfaitement chanté, ce qui n’est pas facile!) puis un clin d’œil tellement réussi aux sœurs McGarrigle. Ça fait longtemps qu’on fait d’la politique, 20 ans de guerre contre les moustiques…

michel-rivard-francofolies-2015-2

photo: Victor Diaz Lamich (Spectra)

Comme Paul McCartney lorsqu’il lance Hey Jude ou Let It Be, Michel Rivard ne boude pas son plaisir de faire chanter tout un peuple lorsqu’il nous sert le fameux Phoque en Alaska. Une si belle chanson, pourquoi s’en priver. Les quelque 50 000 choristes qui ont entonné le célèbre refrain l’ont fait avec toute la mélancolie que ces vers suggèrent. Non, ça ne vaut pas la peine de quitter ceux qu’on aime… OK, Michel Rivard n’est pas le roi de rien. Mais Il est certainement un prince de la chanson.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.