Musica Camerata Montréal entamera sa 46e saison de belle façon le samedi 26 septembre prochain, 18 h,  avec un concert proposant des œuvres de trois compositeurs mémorables : Carl Maria von Weber, Frank Bridge et Johannes Brahms. À la Chapelle historique du Bon-Pasteur.

 

PROGRAMME

 

Carl Maria von Weber (Eutin (Holstein), Allemagne, 1786 – Londres, 1826)

 

Quatuor pour piano et cordes en si bémol majeur, op.18

 

Carl Maria von Weber a composé, outre des opéras, quelques œuvres de musique de chambre. C’est pourquoi il est intéressant d’entendre son Quatuor pour piano et cordes, qui est très rarement joué. Première œuvre de musique de chambre du compositeur, il a été achevé en 1809. Bien que tout au long de ses quatre mouvements le piano ait le premier rôle (il ne faut pas oublier que Weber était un pianiste virtuose), les cordes ne sont pas pour autant reléguées à un simple rôle d’accompagnement !

Frank Bridge (Brighton, 1879 – Eastbourne, 1941)

 

Phantasy en fa dièse mineur pour piano et trio à cordes (H.94)

 

Admiré du jeune Benjamin Britten, Frank Bridge a peu composé, car il apportait un soin extrême à ses  œuvres. Il est d’ailleurs considéré comme le plus grand compositeur anglais de musique de chambre de sa génération. Bridge compose en 1910 une Phantasy, un genre que l’on retrouve dans la musique élisabéthaine, pour piano et trio à cordes, la seule œuvre du compositeur pour cet assemblage d’instruments. L’œuvre est d’un seul tenant, comme la tradition l’exige, mais en plusieurs sections, en  plus d’adopter la forme en arche.

 

Johannes Brahms  (Hambourg, 1833 – Vienne, 1897)

 

Quatuor pour piano et cordes No.3, en do mineur, op.60

 

Brahms est l’un des compositeurs romantiques qui a le plus largement contribué au répertoire de la musique de chambre. Parmi les quelque vingt-cinq œuvres de ce genre à son catalogue, figurent trois quatuors pour piano et cordes. L’opus 60 est le dernier des trois et Brahms mit près de vingt ans à l’achever. C’est une ample partition comportant quatre mouvements où Brahms guide l’auditeur dans les recoins les plus tourmentés de son âme. Comme dans la plupart de ses œuvres de maturité, Brahms réussit à équilibrer cœur et esprit, c’est-à-dire à exprimer sa passion romantique dans un cadre qui reste somme toute classique.

Pour obtenir des informations et des détails, on peut cliquer ici.

***

Depuis sa création en 1970, Musica Camerata Montréal offre au public des programmes d’une rare originalité. La formation accorde une place de choix aux compositeurs d’ici et s’attache à faire découvrir, souvent en première canadienne, des œuvres peu connues. Musica Camerata Montréal se démarque notamment par la qualité de ses interprétations d’un répertoire riche de plus de 350 œuvres datant des XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles. L’ensemble s’est produit au Canada, aux États-Unis, au Costa Rica et en Argentine, s’attirant à chaque occasion les éloges de la critique.

Musica Camerata Montréal

Luis Grinhauz, violon

Bertrand Robin, alto

Léo Grinhauz, violoncelle

Berta Rosenohl, piano

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d'heures d'écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.