Pour le lancement de son nouvel album, La Voie Lactée, OXMO PUCCINO nous a accordé une interview dernièrement. Comme d’habitude, son éloquence était au rendez-vous.

RREVERB: On te compare souvent à Jacques Brel. Être comparé à une bête de scène à la plume extraordinaire devient-il fatiguant?

Cela dépend qui m’en parle. S’il s’agit de quelqu’un qui n’a aucune idée de mon travail ou pire de celui de ce grand artiste, c’est tout aussi gênant qu’agaçant. Hormis ça, c’est avant tout un honneur que d’être comparé à un artiste unique en son genre, en avance sur son temps, d’une grande liberté et qui fait désormais parti de l’histoire.

Jacques_BrelRREVERB: Crois-tu que Brel aurait fait du rap s’il avait été d’une autre génération?

Très probablement car la chanson française du 21eme siècle c’est le hip-hop sans discussion possible.

RREVERB: Est-ce que tu traites tes créations comme un journal intime, une vision privilégiée pour nous de ta vie interne? Ou s’agit-il plutôt d’observations profondes du monde autour de toi?

Cela évolue avec le temps. Mais d’une façon plus globale, je suis dans l’observation. J’écoute, je regarde les gens, je note des situations, Oxmo2des émotions ensuite j’essaie de trouver la formule magique pour retranscrire tout cela avec le plus de force et de justesse possible.

RREVERB: Et ce nouvel album? Il arrive vite après le dernier ET une application mobile en plus de ça. Es-tu toujours aussi prolifique? Ton prochain album est-il déjà prêt quelque part?

C’est mon métier Je travaille tous les jours. Je lis autant que possible j’écris quotidiennement car le temps manque et qu’il me faut anticiper pour être prêt lorsque des projets fantastiques se présentent.

Aujourd’hui écrire des chansons c’est devenu le meilleur prétexte pour repartir sur la route, retrouver mon équipe fantastique, rencontrer ce public à qui je dois tout et partager des moments inoubliables. Mon application me sert à cela. J’ai tissé un lien fort avec mes fans. Ce lien, il perdure au-delà des albums et des tournées. Cette appli me permet de continuer à échanger avec eux, c’est un espace où je peux créer également de façon spontanée en offrant des titres inédits ou en partageant des expériences uniques et privilégiés avec eux sans calcul.

Pour finir,j’essaie d’explorer l’écriture sous toutes ces formes. Quand Ibrahim Maalouf m’invite à revisiter “Alice aux Pays des Merveilles”, je saute dans le vide. Je ne sais pas où cela va nous mener mais je sais que le voyage va être fantastique. Par exemple, en ce moment j’écris un scenario de long métrage, je développe un projet de nouvelles etc …
Ecrire est une nécessité.

oxmo relax

RREVERB: Où as-tu créé cet album? Avec qui? Peux-tu nous faire une petite présentation?

Cet album, j’ai commencé à l’écrire durant la tournée de « Roi sans carrosse ». J’allais régulièrement voir Renaud Letang (Feist, Manu Chao, Liane La Havas, Gonzales) au Studio Ferber. J’étais fatigué, mais il m’a redonné de l’énergie en me faisant écouter des musiques. Il m’a fait écouter quelques prods qu’il était entrain de réaliser, j’ai posé quelques textes dessus sans arrière pensée, puis d’autres idées me sont venues de composition et de thèmes et malgré moi, je me suis retrouvé plus rapidement que prévu avec les fondations d’un nouvel album.

J’ai travaillé en plusieurs étapes. J’ai ressorti ma MPC, ma basse, ma guitare, j’ai commencé à composer, poser les premières idées de texte, puis j’ai développé mes maquettes avec l’aide de Edouard Ardan, mon guitariste. Et ensuite on s’est enfermé avec Renaud Letang et il a mis sa science et sa magie au service de mes chansons. Au final, l’essentiel de cet album, je l’ai écrit et composé à l’exception de 4 titres composés par Renaud. Comme toujours c’est un travail d’équipe, d’association de talents et d’énergie. On a appelé Vincent Taeger qui me suit depuis Lipopette Bar pour faire quelques batteries et percussions, Edouard est venu faire des guitares et un peu de talk box. Une équipe réduite pour un travail de fou.

RREVERB: Pourquoi ce titre?

Comme souvent, ce titre s’est imposé à moi. Dans la plupart des cas, le titre de l’album me vient très tôt. C’est lui qui donne la couleur du projet en cours de gestation.
La voix lacté fait écho à ce rapport entre réel et virtuel qui devient de plus en plus flou.

A une époque où il n’ jamais été aussi facile de communiquer avec des gens habitant à des milliers de kilomètres de nous, j’ai le sentiment que l’on a jamais été aussi seul, pire que nous n’avons jamais été aussi éloignés les uns des autres.

La voix lactée c’est ça, un objet qui nous rassemble, une occasion de partager des émotions, de vivre des moments importants, et de se donner rendez-vous dans le réel, sur scène, au détour d’une rue ou dans une rame de métro.

oxmo live

RREVERB: Quels sont tes morceaux préférés sur LA VOIX LACTÉE et pourquoi?

Tous sont importants. Chaque morceau a été fait avec un soin tout particulier. Aucun titre n’est là par hasard ou pour faire le nombre.

A l’époque des playlist, des single et du shuffle, je veux encore croire que le minimun que l’on doit à son public c’est de lui proposer une oeuvre consistante et soignée au vu du temps qu’il nous accorde et à la démarche héroïque qu’ont encore certains d’entre eux d’acheter de la musique.

J’ai des titres pour lesquels j’ai une petite affection. C’est le cas de ”Doux or die” qui est un titre pour les fans. Dans un autre registre j’aime beaucoup “Un week-end sur deux” car c’était un texte très difficile à écrire sur un sujet sensible des familles recomposées.

J’aime beaucoup “Slow Life” aussi car la prod est très audacieuse et le thème symbolique, à contre courant de notre époque qui va de plus en plus vite. “Le Marteau & La Plume” est un titre charnière également car il évoque ma place dans la musique aujourd’hui. C’est un album très important, on a passé beaucoup de temps sur la musique, j’ai exploré différentes techniques d’interprétation, j’ai revu mon débit, me suis attaché à être aussi précis que spontané. Je ne m’attache pas à l’air du temps,je l’observe, m’en imprègne mais je suis dans ma propre quête sonore pour justement, perdurer au-delà des tendances.

RREVERB: Quel est le meilleur endroit pour écouter tout ça?

Peu importe l’endroit, tant que vous vous y sentez bien et que vous êtes entourés de gens qui vous sont précieux.

jules renardRREVERB: Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment?
Metronomy, Bach, G-Dep

RREVERB: Que lis-tu en ce moment?
Je lis le journal de Jules Renard.

RREVERB: Quand reviens-tu à Montréal???

Déjà je suis très heureux que mon album sorte chez vous en même temps qu’en France. J’ai une relation très particulière avec le Québec.
L’accueil y est toujours incroyable. Chaque fois que je viens je regrette toujours d’en repartir si vite. j’espère évidement revenir lors des Franco de Montreal l’été prochain, j’aimerai beaucoup aussi participer au Festival d’été de Quebec et j’espère pouvoir avoir un jour l’occasion de venir faire un tour en région.

RREVERB: Pour finir, et parce que j’ai tendance à parler comme un camionneur, quel est ton gros mot préféré?

Enfoiré!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Séverine Baron
Collaborator - RREVERB

Classical pianist in the great times of wearing braces, insomniac sound engineer with a headphone imprint on my skull, and also (mostly?) electro acoustic music composer during my existential self-questioning evenings. Mother to two garden gnomes, community manager and freelancer scribbler.