Le quintette montréalais SHYRE lançait samedi soir son deuxième EP, intitulé « Atlas Flag ». Pour l’occasion, le groupe s’offrait rien de moins que l’Astral! Une belle foule était présente pour assister à ce spectacle qui n’en était vraiment pas un comme les autres.

Le groupe est mené par l’auteure-compositrice-interprète Sarah Rossy, au piano, et est complété par la batteuse Natalie Yergatian, le violoniste Frédéric Michaud (lui qui était le participant du « Banquier symphonique » à TVA, il y a quelques semaines), l’altiste Victor de Coninck et la violoncelliste Karine Bouchard. Exceptionnellement pour ce spectacle, SHYRE était accompagné de quatre danseurs, sept choristes et trois musiciens aux cuivres.

Un bon rythme permettait à tout ce beau monde de se faire valoir et d’apporter sa contribution. Les danseurs étaient devant la scène, au niveau des spectateurs. C’est quelque peu dommage, puisqu’on ne les voyait pas toujours très bien, à moins d’être au balcon. Il aurait fallu avoir une scène plus grande, ou surélever les danseurs. Malgré tout, c’était original et bien exécuté, souvent en fusion avec la musique.

Pour sa part, le chœur était bien intégré à la voix de Rossy et donnait beaucoup de profondeur au chant, déjà très planant et atmosphérique. Dans la belle voix pleine d’écho de la chanteuse, on pouvait entendre des influences et des ressemblances notamment à Kate Bush, Julia Holter, Regina Spektor et Tori Amos. Les cuivres se sont joints à l’ensemble à quelques reprises, mais on les entendait cependant trop peu la plupart du temps.

La batterie se faisait beaucoup entendre lors du spectacle, avec un volume un peu trop élevé. Elle enterrait parfois les cordes, qui étaient déjà désavantagées par l’amplification (le son naturel des cordes est beaucoup mieux, même si l’amplification est inévitable et permet certains effets intéressants). Reste quand même que les rythmes dynamiques participent à l’énergie propulsive et entraînante de la musique de SHYRE. Avec les superbes mélodies aux cordes et au piano, le résultat est un folk-pop convaincant. Sobres mais souvent splendides, les arrangements de cordes donnent encore plus d’intensité et de beauté aux compositions de Rossy.

On se doit finalement de souligner le grand talent des interprètes. Les musiciens ont une formation classique, mais savent très bien s’adapter à une forme de « chanson populaire » qui donne le goût de taper du pied ou de hocher la tête. La pop de chambre d’inspiration folk se porte bien au Québec par les temps qui courent, portée par des groupes comme Bears Of Legend ou Will Driving West. On peut maintenant ajouter SHYRE à ce groupe sélect.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d’heures d’écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.