En concert, le Velvet aimait bien jouer ses morceaux différemment de la façon dont ils les avaient enregistrés. Ainsi, lors de ces concerts de 1969, Sweet Jane et New Age avaient même de nouvelles paroles! Les énergiques What Goes On et Beginning to See the Light sont encore plus puissantes qu’en studio, et leur accroche est irrésistible. Les Femme Fatale, Heroin et Rock and Roll faisant leurs habituels effets (Tiens, tiens, tiens… Sex, drugs & rock’n’roll!)

Bref, Lou Reed est en forme, Doug Yule remplace à sa façon John Cale (bien qu’on ne « remplace » pas un Cale, on lui succède) alors que Sterling Morrison et Moe Tucker sont toujours aussi fiables pour faire décoller le tout. On retrouve l’essence même du Velvet Underground sur ces concerts : un excellent band de rock’n’roll.

 

On peut répéter les mêmes éloges au sujet de ce deuxième volume des enregistrements faits à Dallas (au End of Cole Avenue) et à San Francisco (au Matrix), où le band ne pognait pas trop, en fin de l’an de grâce 1969. Ici les titres en vedette sont : Ocean, long de 11 minutes où Moe y va de ses plus belles cymbales chinoises, le classique Heroin dont il n’existe pas deux versions similaires, les belles Pale Blue Eyes et Some Kinda Love et une petite et inconnue Over You, assez reposante. Un autre titre jamais enregistré en studio y figure aussi : le medley Sweet Bonnie Brown / It’s Just Too Much, huit minutes plus ou moins intéressantes.

Un document extrêmement pertinent qui permet de mieux comprendre et sentir la dynamique des concerts du Velvet Underground, pour tous ceux – trop nombreux – qui ne les ont jamais vus sur scène. Les Velvet avaient enligné environ 70 concerts aux États-Unis et au Canada lors de cette tournée.

Velvet Underground Matrix_header_PolydorUMe

Promo des concert à The Matrix, San Francisco

Enregistré en 1969, l’album ne sera publié qu’en 1974 alors que la formation sera dissoute depuis plusieurs années, mais surfant sur l’émergence de Lou Reed en tant qu’artiste solo : son album « Transformer » de 1972 le met sur la carte avec les tubes Walk on the Wild Side, Satellite of Love et Perfect Day.

En 2010, les bandes orginales des enregistrements fait au club The Matrix de San Francisco furent retrouvées et publiées en 2015 sous le nom « The Complete Matrix Tapes », contenant l’intrégral des performances, sur quatre CDs, ce qui a soulevé l’enthousiasme des fans du Velvet, toujours affamés de nouveautés du groupe fétiche.

velvet underground 1969Live

THE VELVET UNDERGROUND
1969 Live with Lou Reed, vol. 1 and 2
(Mercury Records, 1974)

-Genre: rock alternative
-Dans le même univers que… personne en fait!

Écouter ou acheter l’album sur Discogs
Suivre le groupe sur Facebook

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.