Mon collègue Nicolas Pelletier, rédacteur en chef de RREVERB, nous a demandé notre top de l’année. Pour moi, ça veut évidemment dire passer à travers tout ce que j’ai ajouté à iTunes cette année pour être sûr de ne rien oublier!

Voici ce qui en est ressorti, en ordre alphabétique par le nom de l’artiste/groupe. Lorsque le nom de l’album est indiqué, c’est que tout le disque est bon et j’ai choisi ma préférée. Sinon, c’est que je n’aime que cette track ou alors c’est un simple.

Go!

Alabama Shakes — “Sound & Color” — Dunes

J’ai «découvert» les Shakes très récemment, dans la foulée de leur 2e album. Quel talent cette Brittany Howard!

 

Battles — “La Di Da Di” — The Yabba

Battles n’est pas nécessairement facile d’approche; disons que c’est un goût acquis, mais j’ai toujours aimé leur côté excentrique qui peut parfois paraître contradictoire avec leur math rock.

 

Bicep — Just

Un des gros hits du domaine de l’électro cette année, elle a même fini en première position du Top 100 de Mixmag. Elle n’a l’air de rien comme ça, mais c’est une vraie bombe sur un dancefloor, j’te l’jure! Tu peux l’entendre à l’oeuvre dans mon DJ mix Summer Breeze 2015 🙂

 

Black Rivers — “Black Rivers” — Voyager 1

Fans des Doves? Moi oui. Black Rivers est un side-project des frères (jumeaux) Williams. On n’est pas bien loin des Doves, mais pas trop proche non plus.

 

David Bowie — Blackstar

OK, c’est peut-être prématuré car on ne sait pas de quoi sera fait le reste de son album à paraître en janvier, mais ça augure bien, tant qu’à moi!

>

 

Dead Obies — Aweille!

«TK, c’est peut-être parce que je suis encore en lune de miel avec la toune et le band, pis j’veux surtout pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué — surtout que l’gros criss ne sortira pas de sa tanière avant le mois de mars —, mais pour vrai, j’ai l’impression que “Gesamtkunstwerk” pourrait être aussi important pour la scène hip-hop — et la scène musicale at large — que “Check Your Head” ou “Paul’s Boutique”…»

 

Galaxie — “Zulu” — Dragon

Man, si tu résistes à Galaxie, demande à quelqu’un de checker ton pouls, ça presse! T’es p’têt mort pis tu l’sais pas…

 

Ghostface Killah + Badbadnotgood — “Sour Soul” — Ray Gun (feat. DOOM)

Parce que BBNG a pas fait grand-chose de pas bon à ce jour, mais aussi pour le feature de DOOM. Dommage qu’elle soit si courte… Elle est en vedette dans mon DJ mix Loun6in’ with Monsieur Seb 🙂

 

Handful of Snowdrops — “III” & “+” — It Can Only Mean One Thing & Leave On All the Lights

Retour complètement inattendu, mais ô combien espéré de ce légendaire band de Québec, un album magnifique et un EP compagnon. Si je devais absolument choisir, ce serait celui-là, mon album de l’année, sans aucun doute. Allez, encourage les artistes qui font autre chose que de la pop-folk! Gâte-toi!


Henry Wu — Black Rigsby

Digne héritier de Theo Parrish — même si Parrish roule encore très fort —, voici où en est rendu le vrai bon House underground britannique.

 

Jill Scott — “Woman” — Closure

La seule artiste à m’avoir jamais fait pleurer en concert par la puissance émotive de sa voix, je suis vendu à Jill depuis toujours et son nouveau ne fait pas exception.

 

Kendrick Lamar — “To Pimp A Butterfly” — King Kunta

Ché pas toi, mais moi je trouve impossible de résister à cette track. La production est impeccable et même si le reste de l’album n’a pas vraiment d’autre mégahit comme King Kunta, il est quand même excellent!

 

Lovebirds — Free

Je suis un fan inconditionnel de Steely Dan et Donald Fagen — non, sérieusement, mon band préféré d’entre tous — et ils sont rarement «samplés», mais Lovebirds (aka l’hambourgeois Sebastian Doering / Kneedeep) réussit un tour de force en se basant sur la chanson I.G.Y. tiré du 1er album solo de Fagen.

 

Lupe Fiasco — “Tetsuo & Youth” — Dots & Lines

La production de Lupe fiasco est incroyablement inégale, mais quand il est «hot», il est vraiment «hot». “Tetsuo & Youth” est sans doute un des albums hip hop les plus sous-estimés de 2015 et mon préféré.

 

Luxxury — I’m Not I Love

Dans le domaine de tout ce qui est orienté dancefloor, y’a un truc qui s’appelle un edit, où le remixeur remixe l’originale sans rien y ajouter. L’américain Luxxury (aka Blake Robin) réussit un tour de force avec la version de Petula Clark du classique I’m Not In Love de 10cc. Déjà que je ne savais même pas que Petula en avait fait un cover, Luxxury amène sa version complètement ailleurs.

Metz — “II” — Spit You Out

De jeunes Torontois qui font du bon gros rock sale et pas commercial qui rappelle un peu Nirvana, Helmet, les Pumpkins, bref le bon Sub Pop. Thank you Tiana for turning me on to Metz!

 

Mocky — “Key Change” — Tomorrow Maker

Un des meilleurs compositeurs/arrangeurs à l’heure actuelle, un canadien du gang de Gonzales, Feist, Peaches et al., et digne héritier de Burt Bacharach qui gagne à être découvert (lire ma critique complète de l’album ici).

 

New Order — “Music Complete” — Tutti Frutti

«But my definite favouritest on the album has to be (maybe it’s the DJ in me) Tutti Frutti, a total dance floor thermonuclear device with the friggin’ catchiest bass line since Blue Monday — I kid you not!…»

 

Pascale Project — “Just Feel Good for a Moment” — Don’t You

Nièce et fille de deux des membres de Handful of Snowdrops, Pascale était auparavant dans le groupe Standing Waltz. Après avoir utilisé le pseudo Mathématique, elle a lancé plus tôt cette année un album sous le pseudo de Pascale Project, et c’est plus que prometteur. Tu veux voir une artiste évoluer? Suis là! Oh! Et son oncle a commis un remix de la mort, en plus!

Prins Thomas — Paradise Goulash

Y’a trois rois mages du Cosmic Disco scandinave: Lindstrøm, Prins Thomas et Todd Terje. Prins Thomas a sorti un DJ mix qui s’étire sur trois CDs qui se veulent un hommage au légendaire Paradise Garage de NYC, et ça botte de sérieux culs.

 

Roisin Murphy — “Hairless Toys” — House of Glass

L’ex-Moloko se cherche beaucoup depuis la fin de son band incomparable. C’est le premier de ses albums solo que je trouve bon du début à la fin. Voici une version beaucoup plus courte que celle de l’album, mais elle est live et le son est bon:

 

Sherwood & Pinch — “Late Night Endless” — Gimme Some More (Tight Like That)

Si tu penses que t’aimes le Dubstep/EDM et compagnie, tu dois BEAUCOUP à Adrian Sherwood. Écoute ce que lui t’explique ce qui est réellement ce que tu penses que t’aimes, et pose-toi des questions sur ce que ceux que tu aimes te disent que t’écoutes (prends le temps de relire la phrase). Après, explore sa discographie… T’en as jusqu’en 2017, facile…

 

Slim Twig — “Thank You for Sticking with Slim Twig” — Cannabis

DFA meets T. Rex by way of Toronto, and it’s a Serge Gainsbourg cover. ‘Nuff said:

 

Submotion Orchestra “EP III” — Select & Operate

Un septet londonien qui sonne comme un crisse de bon producteur électro. Tu croiras même pas à ça…

The Juan Maclean “In a Dream” — A Place Called Space

The Juan Maclean est un des meilleurs bands sur DFA après LCD Soundsystem. Rien d’autre à ajouter!

The Orb – Moonbuilding 2703 AD

Un autre band qui est inégal depuis quelques années mais qui s’est retrouvé. Le fait qu’il n’y ait qu’un titre ici c’est simplement dû au fait que c’est la pièce titre de l’album qui est ma préférée, mais tout l’album est superbe! Dans mon Top 5 de 2015.

 

Unknown Mortal Orchestra — “Multi-Love” — Can’t Keep Checking My Phone

Des fois, j’aime des tounes plus commerciales, mais pas souvent… Y réinventent pas la roue, mais on sent clairement la naissance d’un «son» Portland…

 

Various – Music for Autobahns 2

Deuxième compil de la série sur Rush Hour, un genre d’hommage au Krautrock, très réussi, tout comme le premier volume paru en 2013.
Cliquez ici

Vetiver — “Complete Strangers” — Current Carry

Je te l’ai dit que ça m’arrive pas souvent d’aimer des trucs plus commerciaux… 2 sur 30, c’est pas si pire… J’aime celle-là probablement parce que des fois, juste des fois, j’aime Jack Johnson. Demande-moi pas pourquoi…

 

Wire — “Wire” — Sleep Walking

Si tu connais Wire, t’as sûrement plus de 30 ans, probablement plus de 40, ou t’as vraiment une bonne oreille pour les classiques importants. Un autre comeback inattendu, un album d’une rare intensité. Faut écouter, mais faut être fait fort pour l’écouter d’une traite…

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Monsieur Seb
Blogueur - RREVERB
Google+

Baptisé par Pink Floyd, ses parrains sont Bach et les Stones. DJ depuis 1984, batteur autodidacte, producteur de musique électronique depuis 2000, Monsieur Seb a été chef de la section culturelle chez Canoë pendant près de 10 années. Il collabore également sur Archipel Magazine, le blogue — et bientôt magazine imprimé — du label électronique montréalais Archipel.