Le trio jazz Trifolia est capable de belles émotions en musique. D’une belle mélancolie (Le refuge) comme d’un certain groove (Trois soleils). La ligne directrice de leur premier album en carrière est toutefois une ambiance plutôt triste, souvent assez calme, comme un certain vague à l’âme (la belle Steppes).

La pianiste bien connue des jazzivores Marianne Trudel est aux commandes de ce trio bien équilibré. Cet album est parsemé de très beaux moments, comme l’exquise mélodie pianotée de la pièce Possibilités et limitation, qui s’emballe joliment par moments. Le batteur y glisse moult accessoires — peut-être un peu trop d’ailleurs — alors que le pianiste explore toutes les dissonances possibles à partir de sa mélodie de base. Le bassiste a plus de place sur la dynamique Nagual, un morceau à la rythmique assez complexe, mais jamais prétentieux. De l’excellent jazz!

Patrick Graham est aux percussions (souvent assez innovantes d’ailleurs!) et Étienne Lafrance à la contrebasse. On y entend également quelques sonorités inhabituelles ici et là, telles que des grincements d’archet, mais le tout demeure assez classique pour l’univers jazz.

trifolia le refuge

TRIFOLIA
Le refuge
(indépendant, 2013)

Lien vers l’écoute en ligne (site personnel)
Suivez Marianne Trudel sur Facebook
Lire d’autres articles sur le jazz

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.