Le pianiste d’origine cubaine – installé à Montréal depuis 1997 – Yoel Diaz lance en 2012 un nouvel album fort plaisant, intitulé « Origen ». Diaz s’y retrouve en solo, sans aucun accompagnement, ce qui laisse apprécier son talent mélodique, au piano. Sa touche est peut-être plus « carrée » que celle d’un Gonzales, et ses thèmes plus romantiques, comme la Contradanza # 1 « tu camina’o », mais d’autres moments sont très beaux par leurs mélodies entraînantes (Danza pa’ mamita) ou leur ton plus solennel (Siboney). Yoel Diaz n’a pas une touche délicate. Le ton est ferme et rarement laisse-t-il sonner plus longuement les notes. À part peut-être sur la Fantasia guajira, plus poétique que la moyenne des pièces sur ce 3e disque du pianiste.

Autrement, Diaz joue en saccades, virevolte sur les touches, souvent en alternant les mains droite et gauche à tour de rôle (Contradanza # 3 « a Evelina »). Les plus beaux moments sont, à mon goût, ceux où Diaz explore des ambiances plus feutrées comme sur sa Dos gardenias, à cheval entre Satie et Chopin, avec en prime plusieurs beaux accords de jazz, comme s’il sautait d’un style à l’autre, avec l’aisance d’une gazelle.

yoel diaz origen

YOEL DIAZ
Origen
(Artic Records, 2012)

-Genre: jazz

Lien vers achat (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.