L’origine de l’appellation « doo wop » est plutôt simple : c’est parfois le mot que l’on pouvait percevoir à écouter les harmonies vocales dans plusieurs chansons. La première à avoir été un succès a été When You Dance, du groupe The Turbans, originaire de Philadelphie. Sur cette pièce parue en 1955, on entend clairement le mot « doo wop » chanté en arrière-plan!

En tant que style musical distinct, le doo wop a émergé dans les années 1940, avec des groupes comme The Ink Spots, The Mills Brothers et The Delta Rhythm Boys. Ces groupes vocaux étaient cependant plus proches du jazz. C’est dans les années 50 que la forme plus familière – et commerciale – du doo wop s’est implantée, en y intégrant des éléments de musique pop, de rhythm and blues, de rock ‘n’ roll, de soul (qui voyait timidement le jour à l’époque) et de gospel, évidemment.

Masculins et afro-américains pour la plupart, les groupes doo wop avaient cette particularité de former des harmonies à quatre ou cinq voix qui couvraient un très large registre. Le chanteur principal avait très souvent une voix de ténor, et les autres chanteurs accompagnaient leur camarade à la voix élevée en produisant des sons qui avaient souvent peu de sens, mais qui apportaient une couleur particulière à la musique. Le groupe de chanteurs pouvait parfois seulement nous bercer avec de douces harmonies vocales, alors qu’à d’autres moments, un rythme effréné pouvait être créé avec l’énergie des voix. Des ballades romantiques aux chansons dynamiques et entraînantes, l’attrait du doo wop est donc immense. Ces chansons nous font vraiment passer par toute la gamme des émotions.

L’apogée du doo wop se situe vers la fin des années 1950. La résurgence du rock, avec l’arrivée des groupes britanniques comme The Beatles, a marqué un frein aux succès de ce genre. Cependant, son influence s’est fait sentir dans les décennies suivantes et s’entend encore aujourd’hui. Sans se tromper, on peut même avancer que presque chaque groupe qui a fait des harmonies vocales une partie importante de sa musique a une dette envers un des nombreux groupes doo wop. Des Beach Boys aux Zombies, en passant par les Beatles et les Kinks, l’influence des groupes doo wop est évidente.

Afin de célébrer cette magnifique musique, je vous ai préparé une liste de lecture qui comprend 35 chansons. Certaines de celles-ci sont très connues, alors que d’autres sont carrément inconnues. Vous reconnaîtrez sans aucun doute les noms de plusieurs des groupes que je vous propose : The Drifters (époque Clyde McPhatter et Ben E. King), The Platters, Dion et Frankie Lymon & The Teenagers, entre autres. Plusieurs titre vous rappelleront sûrement de bons souvenirs, qu’on pense notamment à In The Still Of The Night, You Belong To Me, Your Precious Love ou Crying In The Chapel. Vous pourrez aussi y faire de belles découvertes, dont Book Of Love, There’s A Moon Out Tonight et Little Darlin’.

Pour ceux qui voudraient poursuivre leur exploration de ce genre musical vaste et riche, je peux vous suggérer l’album « Doo-Wop: The Absolutely Essential 3CD Collection ». Plusieurs bonnes compilations existent, mais elles sont parfois difficiles à obtenir, soit qu’elles sont discontinuées ou indisponibles. Celle-là contient plusieurs grands classiques.
Alors voici la liste. Bonne écoute!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d’heures d’écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.