On parle souvent de la famille Wainwright et du père Cohen et de son fils Adam, mais une autre grande famille musicale montréalaise s’illustre : la maman Karen Young et sa fille Coral Egan sont deux musiciennes accomplies qui gagnent à être davantage connues. Pour une rare fois (la première?) elles chantaient ensemble en concert, à l’Astral ce soir. L’équipe de Canada.com les a rencontrées dernièrement (clip ici).

Karen Young, je l’ai déjà dit ici, est un joyau. Cette femme est la pure définition de ce qu’est une chanteuse, de ce qu’est de maîtriser cet instrument qu’est la voix. Elle peut improviser qu’avec des sons, émouvoir avec des chansons à textes, épouser tous les registres qui existent. Elle est un véritable monument de la musique montréalaise. Sa fille Coral est une magnifique femme qui a une aussi belle voix que sa mère, et dont la carrière s’étale maintenant sur 12 ans, marqués par 4 albums.

coral egan live jazz 2

(Photo: Denis Alix, FIJM)

Elles chantent ensemble depuis que Coral est née, nous a avoué Karen, et les deux femmes avaient un évident plaisir le faire sur scène. Elles se souriaient beaucoup, se regardaient yeux dans les yeux à chaque phrasé non seulement pour s’assurer de bien suivre chacune de leurs lignes harmoniques, mais aussi pour savourer ce moment spécial qu’elles partageaient ensemble.

On en a appris beaucoup sur la vie de ces deux femmes. Coral se souvient que sa mère avait collé des photos de personnes de toutes les origines au-dessus de son lit, et faisait jouer de la musique de tous les pays pour lui ouvrir l’esprit un maximum, ce que la fille a visiblement apprécié, qualifiant sa mère d’extraordinaire. La mère a choisi des morceaux qui ont bercé l’enfance de Coral. Non, pas de comptines ici, mais plutôt des chanteurs jazz des années folles. Il fallait voir Coral redevenir une petite fille lorsqu’elle tapait doucement des mains d’excitation, large sourire accroché au visage, en découvrant quelle chanson elles allaient ensuite interpréter ensemble, en tournant la page de partitions sur le lutrin.

karen young live 2016 jazz

(Photo: Denis Alix FIJM)

Karen a aussi choisi des morceaux d’origines colorées: une chanson brésilienne puis une turque (magnifique d’ailleurs!), soulignant au passage qu’elle avait réellement tenté des “expérimentations” avec la petite Coral en l’exposant à ses styles différents. La mère a avoué ne pas avoir eu elle-même cette chance. Elle a découvert la variété culturelle, musicale, culinaire, bref humaine, à Montréal, ville qu’elle adore. Les sens en éveil, l’esprit ouvert, elle s’est intéressée à tout – sauf à la pop, précisa la fille! Coral a interprété des chansons de son répertoire, plus soul pop, amenant volontairement sa mère “hors de sa zone de confort”. Honnêtement, ça n’a pas paru.

Karen Young et Coral Egan étaient accompagnées par le bassiste Pierre Erizias et la harpiste Éveline Rousseau qui ont parfaitement dosé leur jeu pour laisser la place aux voix, tout en amenant un canevas somptueux tout en étant minimaliste, sur lequel les chanteuses ont pu s’appuyer pour bien élever leurs voix.

karen young coral egan live 2016 2

(Photo: Denis Alix, FIJM)

Sur Somebody Special, de Steve Lacy, c’est sur le terrain plus familier de la mère que la fille a été entraînée. En entrecroisant leurs voix tout au long de la chanson, on a pu apprécier les différences et les ressemblances de leurs voix. Plus tard dans le concert, elles ont chanté (probablement) en arabe une intense et belle ode qui a de nouveau mis en valeur l’évidence: ces deux femmes sont de formidables chanteuses!

Quiconque s’intéresse à la voix, au chant, aux cultures ne pouvait qu’apprécier ce concert à la fois magistral, amusant, touchant et, tout simplement, beau.

Sachez aussi que ce soir, Karen Young a reçu des mains d’André Ménard, directeur artistique et cofondateur du Festival, le Prix Oscar-Peterson décerné par le FIJM depuis 1989 à un grand musicien de chez nous pour reconnaître sa contribution au jazz canadien et la qualité de son art.

karen young live 2016 prix

André Ménard et Karen Young (photo: Denis Alix, FIJM)

 

KAREN YOUNG et CORAL EGAN chantaient à l’Astral, le 3 juillet 2016, dans le cadre du Festival International de Jazz de Montréal.

Consultez notre section spéciale sur le FIJM ici.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur-en-chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.