L’un des plus charmants festivals au Québec, le Festival International Nuits d’Afrique de Montréal est de retour pour une 30e année. Avec son mélange culturel incroyable, couvrant bien plus que le continent africain d’ailleurs, les Nuits d’Afrique proposent à chaque année la découverte de perles rares qui allient musiques traditionnelles à des explorations plus modernes d’artistes venus des quatre coins du monde.

Parmi les 7 concerts en 6 soirs que je vous recommande pour la semaine qui vient – à commencer par ce soir -, vous pourrez entendre du blues touareg par un italien, de la musique arabo-espagnole jouée sur un instrument médiéval suédois, un groupe formé dans un camp de réfugiés, et du reggae montréalais! Les textes de chacun des artistes ont été pris sur le site du FINA. Bonne écoute, et on s’y voit!

KAREYCE FOTSO

Dimanche 17 juillet au Balattou (Billets ici)

La jeune femme a du caractère ! De sa voix éraillée, la fille spirituelle d’André-Marie Tala, chanteuse, danseuse, guitariste et conteuse, qui a collaborée avec Sally Nyolo, le Korongo Jam, Dobet Gnahoré et Manou Gallo, qui a aussi obtenu le « Visa pour la création » de l’Institut français, fusionne les multiples traditions camerounaises avec le blues, le jazz et la soul.

 

YAEL NAÏM

Lundi 18 juillet, au National (Billets ici)

L’auteure, compositrice, pianiste et guitariste franco-israélienne sera pour la première fois à Montréal avec l’ensemble de son groupe. Entre classique et pop, jazz et folk, Yael Naim est lumineuse. On se souvient de New Soul qui avait été mise en vedette dans une publicité télé il y a quelques années. Voici son plus récent clip.

 

FARIS

Mardi 19 juillet, au Balattou (Billets ici)

Italien par son père, touareg algérien par sa mère, Faris, qui jusqu’alors ne jurait que par la musique d’Hendrix, s’est tranquillement laissé inspirer par Tinariwen, qu’il a accompagné sur scène. Il marie le blues du désert au blues acoustique du sud rural du Mississippi, en reprenant les grands classiques et adaptant les paroles en tamasheq.

 

JAH & I

Jeudi 21 juillet, sur la scène extérieure du Quartier des spectacles (Gratuit, info ici)

Un chanteur charismatique purement jamaïcain, des musiciens aguerris, purement « pures laines », qui se sont notamment illustrés avec Jean Leloup, le Pascale Picard Band ou les Batinses : le reggae métissé de Jah & I est à la fois authentique et créatif. Fortement influencé par des artistes consacrés comme Bob Marley et Peter Tosh, Jah & I enrichit de soul, de rock et de world son vaste répertoire, composé de pièces originales et de classiques.

 

THE BEATDOWN MEETS HUGO MUDIE

Vendredi 22 juillet sur la scène extérieure du Quartier des spectacles (Gratuit, info ici)

Issue d’une rencontre improbable, la musique que produisent ensemble The Beatdown, pilier de la scène reggae canadienne, et Hugo Mudie, des groupes punk rock The Sainte-Catherines, Miracles, Yesterday’s Ring, est « un hommage aux esprits libérateurs qui sont présents tout autant dans le punk que dans le reggae » (Voir, 2015). Un dub tendance ska unique, aux frontières de la désinvolture du punk et des grooves irrésistibles du reggae.

SIERRA LEONE’S REFUGEE ALL STARS

Vendredi 22 juillet sur la scène extérieure du Quartier des spectacles (Gratuit, info ici)

La musique a un pouvoir immense : elle guérit l’âme, elle rassemble les gens de tout horizon, elle sème la joie, enjoignant le public à se lever et danser. Sierra Leones’s Refugee All stars en est un exemple probant. Du camp de réfugiés où ils se sont rencontrés aux plus grandes scènes internationales, depuis plus de 10 ans, ils inspirent de leur musique, fièrement ancrée dans leurs racines mais ouverte sur le monde, propulsée par un message d’amour et de paix.

 

ANA ALCAIDE

Samedi 23 juillet au Gésù (Billets ici)

D’abord, l’espagnole Ana Alcaide intrigue. S’amenant sur scène avec sa nickelharpa, instrument médiéval suédois à cordes frottées, de la même famille que la vièle, elle suscite la curiosité. Mais les douces mélodies d’origines multiples s’en échappant, jumelées à une voix toute naturelle, ont tôt fait de séduire, d’inviter à la contemplation, tout en empruntant, parfois, des chemins de traverse quasi rock. L’impression d’une balade à la brunante dans les rues chargées d’histoire de sa ville, Tolède.

 

Je vous rappelle que le Festival Nuits d’Afrique foisonne de concerts gratuits, d’ateliers de percussions et de danse africaine. C’est dans une ambiance amicale, festive, relaxe qui plaira aux plus ouverts d’esprit et curieux de culture. Consultez le site web pour tous les détails!
http://www.festivalnuitsdafrique.com/

Bon festival!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.