EN DIRECT DE BARCELONE

Ha, Barcelone! Le soleil, la chaleur, les tapas et le vino tinto! Quoi demander de mieux? Un festival de musique grandiose, évidemment!

L’immense site du festival se trouve sur le bord de la Méditerranée, au Parc del Forum (vous rêvez, là, hein?). Mais l’Espagne étant ce qu’elle est, les gros noms du festival ne commencent pas avant 21:30… Et s’étendent jusqu’à 6 heures du matin! La nuit en mai reste assez froide, dans les 15 degrés, ce qui enlève toute envie folle de bain de minuit, mettons.

Avec un total de 11 scènes éparpillées un peu partout, on pourrait comparer le Primavera Sound aux plus grands festivals du monde, de Coachella à Glastonbury. La programmation est également époustouflante, ce qui reste un casse-tête pour tout amateur de musique voulant tout voir en même temps.

J’ai donc fait de mon mieux pour voir le maximum de groupes, avec légers pincements au cœur en prime.

DES BARBES ET DES TUQUES

J’ai commencé ma soirée avec Neutral Milk Hotel, dont j’ai énormément entendu parler en bien (lire: on m’a cassé les oreilles avec leur retour pendant de nombreux mois). La voix nasillarde du chanteur m’a toujours déplue, mais ayant raté leur prestation en février dernier à Montréal, je me devais d’aller jeter un coup d’œil. Y avait des barbes, des tuques, des bucks de bière et des gars habillés en guenille: et là, je parle autant des spectateurs que des membres du groupe. Rajoutez à ça le son festif des morceaux. Plaisant à voir et à écouter. Neutral Milk Hotel a pas mal donné la performance à laquelle je m’attendais: peu de mots, beaucoup de chansons, un enchaînement rapide pour un public qui était venu exactement pour réentendre des souvenirs, dans le fond.

DANSES LASCIVES ET EXPLICITES

J’ai dû quitter avant la fin Neutral Milk Hotel pour me rendre à Future Islands, là encore, parce qu’on m’avait vanté les performances scéniques du chanteur (lire: mes amies le trouvent sexy, pas moi, j’étais très sceptique).

Hum. Comment dire. J’étais assez loin de la scène, et j’avoue que les danses lascives (oui oui: lascives et explicites!) de Samuel Herring paraissaient malheureusement plutôt ridicules devant cette foule festivalière jasante, fumant des cigarettes et regardant la scène les bras croisés. Dommage. On aurait préféré une meilleure ambiance pour ce groupe qui se donne autant sur scène, et dont le troisième album a tout pour les mettre enfin sur la mappe.

primavera-2014-queens-of-the-stone-age

QOTSA: LE BAND MÂLE PAR EXCELLENCE

Ensuite venait Queens of the Stone Age. Je n’irai pas par quatre chemins pour décrire le spectacle: tight, rythmé, solide, MÂLE (oui, j’ai écrit mâle!). Parce que y a pas grand chose de plus mâle qu’un moshpit de 75 m carré. Parce que Josh Homme enchaine les cigarettes et a une voix impeccable. Parce qu’il nous parle en jurant aux deux mots. Un nom de famille d’un leader de band n’aura jamais été aussi représentatif de son art. Josh Homme est un motherfuckin’ viking dans une chemise de cowboy. Voilà c’est dit.

Arcade Fire suivait sur la scène complètement opposée à celle de QOTSA. Fidèle à lui-même, le groupe a livré un show dans une atmosphère de carnaval festive et joyeuse. Impossible de résister à danser sur Reflektor, Here’s Come The Night Time, Rebellion, ou Afterlife. La foule était ravie, scandait les chœurs par cœur, levait les bras aux refrains de chansons; le party  était pogné bin raide partout. J’ai d’ailleurs compté jusqu’à 22 personnes sur scène lors de Normal Person, têtes géantes comprises. C’était pas mal le fun, je m’en souviendrai longtemps.

primavera-2014-arcade-fire

PRENDRE DES DÉCISIONS À 2 H 30 DU MATIN… EUH…

Enfin, il était déjà rendu tard et je vivais un dilemme: choisir l’électronique de Moderat ou la pop dance de Disclosure? Le choix était difficile, d’autant plus que ce n’est pas le genre de décisions que j’ai l’habitude de prendre à 2 heures 30 du matin.

J’ai profité que Disclosure se produise à proximité d’Arcade Fire pour écouter quelques morceaux. Les deux frères Lawrence semblaient complètement heureux de leur présence sur scène et de l’enthousiasme des spectateurs. J’aurais pourtant préféré qu’ils invitent un chanteur sur scène, car à la quantité d’échantillons de voix (outre la leur) qu’ils utilisaient, ça aurait valu la peine et apporté un peu plus de chaleur à leur prestation assez statique.

J’ai donc pris la décision d’aller voir Moderat et ce fut… le début de la fin. Faut dire que le site est solidement mal foutu et qu’un des seuls chemins à emprunter est super étroit. La foule essayait de circuler dans toutes les directions ce qui a produit un immense bouchon. J’ai dû mettre 15 minutes à me déplacer.

J’ai pu entendre quelques chansons du trio de Berlin. J’ai l’impression que Moderat est un de ces groupes dont la performance passe mieux en salle, avec une bonne qualité de son et leurs éclairages époustouflants. Hier soir, les jeux de lumières se perdaient dans la nuit (éclairée de gros spots du Parc del Forum) et les spectateurs semblaient fatigués (à 3 heures 20 du matin, on leur pardonne).

primavera-2014-moderat

photo de la foule du Primavera, prise par Moderat

Somme toute, ce fut vraiment une excellente première soirée au Primavera Sound pour moi. Le line up est incroyable, les festivaliers sont gentils et respectueux (et viennent de partout sur la planète!) et le niveau de plaisir est pas mal high level pour tout le monde. Fun. Juste gros gros fun.

 

LIVE STREAMING!

NDLR – Tu  veux voir quelques shows sans prendre l’avion? Écoute le live streaming du festival ici!

Il y a encore pas mal de bons bands qui joueront vendredi et samedi. PS: Heure locale de Barcelone! Fais tes calculs pour ne rien manquer 😉

primavera-2014-streaming

 

photos prises de la page Facebook officielle du Primavera Sound

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nadine Mathurin
Blogueuse - RREVERB
Google+

Depuis qu’elle a vécu son premier mosh-pit au Edgefest 97 à l’âge de 14 ans, Nadine n’a jamais cessé d’agrandir et d’approfondir sa culture musicale. Fervente passionnée d’indie rock, elle parcourt souvent plusieurs centaines de kilomètres pour voir LE band en spectacle. Bien qu’elle soit toujours à la recherche des dernières nouveautés musicales, il ne lui est pas rare de remettre un bon vieux classique sur sa table tournante le dimanche après-midi. C’est peut-être pourquoi, ironiquement ou sérieusement, Nadine porte fièrement un coat Sgt. Pepper sur sa photo de bio.