Soirée spéciale, mercredi 13 avril à la Casa del popolo alors que trois formations se suivaient sur la modeste scène du populaire café de la rue St-Laurent. Le clou de la soirée devait être le trio de Brooklyn Prince Rama, qui promettait tout une performance au su et au vu de ses clips complètement fous et de sa pop 80 explosive. Mais auparavant, deux autres bands ont présenté leurs nouvelles œuvres.

Voici un “film” qui illustre un peu le genre.

 

TECHNICAL KIDMAN – Maudite technologie

Cette soirée de triple concert à la Casa a débuté tard, vers les 21:30 avec Technical Kidman. Le trio montréalais, formé par un claviériste aux mille bidouillages, un chanteur qui apprécie les effets et un énergique batteur, a livré une performance qui alliait l’electro dark à l’expérimental. Le groupe a lancé son 3e opus, « Something Stranger Coming on the Horizon » en novembre dernier.

Le concert était prometteur par moments, mais le laptop du band a souvent gâché l’élan des musiciens en mélangeant les sons ou les pistes, bref, en scrappant complètement les morceaux du band, qui devaient s’interrompre brutalement au milieu d’une chanson. Au point où le chanteur a perdu patience après avoir tenté de reprendre trois fois le même morceau…

technical kidman

photo d’un concert en 2015

Le public ne lui en a pas voulu, au contraire, et sympathisait avec les musiciens découragés. Dommage car Techinal Kidman installait tranquillement une ambiance spéciale qui faisait bouger le public. Maudites Technical Difficulties…

DOLDRUMS – Quelque part dans l’univers…

La formation suivante, Doldrums, donne habituellement de bons concerts, très dynamiques et souvent très dansants. C’est du moins le souvent que j’en ai de leur passage au Théâtre Fairmount il y a presque un an exactement, encore plus, de leur album « Moonking », que j’avais particulièrement apprécié.

Mais ce soir, Airick Woodhead a pris un virage expérimental un peu étrange, surtout très brouillon, avec un astronaute amateur qui tentait d’être drôle en racontant une histoire qui n’avait ni queue ni tête, en gonflant un ballon rouge puis en portant un masque de chat (hein?). Doldrums pouvait aussi compter sur une blonde percussionniste qui « enrichissait » (faut le dire vite) les programmations rythmiques de Woodhead. Le public est resté assez stoïque jusqu’après un bon 20 minutes (il était rendu 23:10…) ne sachant pas sur quel pied danser – littéralement – jusque-là. Les têtes se sont mises enfin à bouger à l’avant-dernier morceau… La finale était beaucoup plus entraînante. On en aurait pris plus dans ce genre-là.

doldrums 2016

J’ai sans doute moins de patience qu’il y a 10 ans, mais je commençais à avoir hâte que le trio Prince Rama dont on me dit grand bien, arrive sur scène. Deux heures que je suis là… Ils ont intérêt à être très bons…

PRINCE RAMA – Le délire des années 80

Et ils l’étaient! Mené par les sœurs Taraka Larson (chant, guitare) et Nimai Larson (percussions) et complété par le claviériste et guitariste Ryan Sciaino, Prince Rama est rien de moins qu’exceptionnel! La chanteuse Taraka Larson est un numéro en soit. De son petit corps athlétique et sous une montagne de cheveux frisés « façon 80 » émane une énergie et une folie irrésistibles! La fille saute partout, danse sans retenue, joue de la flying V et fait du body surfing… Elle a même chevauché un moniteur qui ne fonctionnait plus, afin de le ramener à la vie… et ça a marché! Une bête de scène qui captura l’attention chaque seconde de sa performance! Wow.

Sa sœur percussionniste n’était pas moins dynamique, sautant constamment en jouant des percussions, mais son confinement derrière son kit et son rôle dans le band l’empêchait de prendre autant de place que sa sœur. Plus discret, en arrière-plan, mais essentiel au son du groupe, Ryan Sciaino alternait entre guitare électrique et claviers pour installer le canevas nécessaire au délire des deux sœurs Larson.

prince rama live montreal 2016 jump

Autre moment hilarant. La toute petite Taraka utilisait un effet de voix qui lui donnait une voix très mâle lorsqu’elle s’adressait au public, ce qui au départ, laissait une impression de malaise, qui a vite viré à la rigolade « Listen to the man’s voice! » cria quelqu’un « There’s no man, it’s all hermaphrodites » réplique l’explosive chanteuse.

Je découvre que Prince Rama a lancé six albums en quatre ans et collaboré avec les créatifs d’Animal Collective et Ariel Pink’s Haunted Graffiti par le passé. Je me suis procuré leur dernier opus « Xtreme Now » paru plus tôt cette année et vous en parlerai sous peu dans ces pages.

Vraiment le clou de la soirée!

 

PRINCE RAMA à la Casa del popolo, le mercredi 13 avril 2016, avec Technical Kidman et Doldrums. Une présentation de Blue Skies Turn Black.

Photos Prince Rama: Nicolas Pelletier, RREVERB, tous droits réservés

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.