Agnes Obel, née il y a 33 ans à Gentofte au Danemark, a vécu un parcours musical unique. Son père collectionnait les instruments originaux alors que sa mère, pianiste, jouait du Bartók et Chopin. La petite a toujours été entourée de créativité et de musique. Lorsqu’elle s’est mise au piano, enfant, on ne l’a jamais forcée à jouer ce qu’elle n’aimait pas. De cette philosophie de ne pas tout apprendre à jouer, mais à suivre ses intérêts a jailli une créatrice qui, aujourd’hui, crée de très belles mélodies qui, oui, sont parfois très simples et presque enfantines (de son propre aveu), mais qui sont toutes divinement magnifiques.

Obel a aussi fait partie de groupes rock, dès 1987, et a appris l’ingénierie du son, l’enregistrement en studio. Elle quitte Copenhague en 2005 pour s’installer à Berlin où elle fait la rencontre de plusieurs créateurs qui l’influencent. Elle y vit toujours, avec son chum photographe et cinéaste d’animation Alex Brüel Flagstad, qui a réalisé les clips de la belle blonde.

Lorsque le talent enfin éclot, le succès est au rendez-vous! Son premier album « Philharmonics » (2011) lui permet de rafler cinq prix aux Danish Music Awards et pas les moindres: Album de l’année, Meilleure sortie pop, Meilleur nouvel artiste, Artiste féminine et Auteure-compositrice-interprète de l’année!

Sa chanson Riverside se fait entendre dans de populaires séries télé américaine (dont Grey’s Anatomy) et Just So, dans une pub télé pour Deutsche Telekom. Elle est sur le radar : #1 au Danemark et en Belgique, dans le top 10 en France, Hollande et Suisse et se faisant entendre jusqu’en Norvège!

 

L’album suivant, « Aventine » vient de nous arriver en Amérique il y a quelques semaines… Et il est tout simplement superbe. De délicates touches de piano et une ambiance feutrée et mystérieuse lui permettent d’occuper le territoire entre ceux de Gonzales, Nina Neilsson et… Enya! Oui, il y a un peu de touche new age chez Agnes Obel, mais pas de muzak facile. Les pièces d’« Aventine » sont si belles et douces qu’on s’y endormirait en douceur, en savourant cette jolie musique avec délectation! On a envie de se laisser porter par les magnifiques mélodies jouées délicatement au piano par la chanteuse.

Et la pochette est magnifique!

Agnès Obel était en concert le mardi 25 et jeudi 27 février au Gésù dans le cadre de Montréal en lumière.

Agnes-Obel-Aventine

AGNES OBEL
Aventine
(Play It Again Sam, 2013)

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Suivez Agnes Obel sur Facebook

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré plongeant dans tous les genres et époques, Nicolas Pelletier a publié 6 000 critiques de disques et concerts depuis 1991, dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, lance le site RREVERB en 2014, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016. Il dirige maintenant la stratégie numérique d'ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada.