Arthur H est un prolifique auteur-compositeur-interprète (ainsi que peintre et illustrateur) qui s’est construit une place de choix dans le paysage de la chanson francophone. Certes, il est le fils de Jacques Higelin, légende vivante et créateur respecté et de Nicole Courtois, mais il a surtout tracé son propre chemin, suivant plus les traces de Gainsbourg et Tom Waits que ceux de la famille.

Les albums d’Arthur H ne sont pas tous exceptionnels: certains sont excellents (« Adieu tristesse », mon préféré, remonte déjà à 2005) mais d’autres sont moins intéressants (« L’homme du monde » de 2008 par exemple) pour toutes sortes de raisons. Explorations un peu plus mainstream, collaborations moins naturelles, inspiration inégale. Mais, chose remarquable, Arthur H continue à aller de l’avant, album après album, livrant une bonne quantité de concerts autant en France qu’à Montréal.

Voici quelques-unes de ces chansons…

Le Français de 48 ans s’est d’ailleurs pas mal attaché à Montréal. D’abord parce que sa musique a été bien reçue dès les tous premiers albums (souvenons-nous de la belle Con comme la lune, de 1990!) et concerts jazz fous aux FrancoFolies et même aux Coups de cœur francophone en 1989! Déjà en 2003, Arthur H était un habitué du Nouveau Continent comme en témoigne mon article de l’époque de mes mes premières Francos en tant que journaliste accrédité.

Puis, il s’est lié d’amitié avec feu Lhasa de Sela, et par extension avec sa bande d’amis musiciens montréalais: les Barr Brothers, Joe Grass, Patrick Watson, ainsi que le réalisateur François Lafontaine (qui a travaillé avec Karkwa). Pour « Soleil dedans », Arthur H a décidé de travailler en grande partie dans la métropole québécoise, pour y réaliser l’un de ses plus beaux albums (sans chauvinisme).

« Soleil dedans » a les mêmes qualités que les autres excellents albums de la longue carrière d’Arthur H: d’abord des chansons de qualité (Navigateur solitaire, un peu dans le mode mélodique à la -M-), des collaborations haut de gamme (dont le magistral Patrick Watson sur la magnifique et poétique Le tonnerre du cœur, son batteur Robbie Kuster et Mishka Stein) et des airs hyper entraînants (Les papous c’est nous, La caissière du Super). L’équilibre entre tous ces éléments en fait un disque fort, varié, intéressant d’un bout à l’autre. Un album qu’on aime écouter plusieurs fois, qu’on aime découvrir en profondeur, une fois pour écouter les instruments, une autre fois pour s’attarder aux paroles.

Voici quelques nouvelles chansons (et clips) d’Arthur H, tirées de « Soleil dedans ».

Arthur H ne sera sans doute jamais une star qui brillera à StarAc, mais il aura offert toute sa carrière durant de la musique de grande qualité. « Tant qu’à mourir, autant mourir debout », chante-il. Ça paraît cliché, mais ça colle à la peau de cet artiste qui trace son propre chemin depuis les débuts.

Je termine en soulignant un exploit vocal hallucinant de l’exceptionnel chanteur qu’est Patrick Watson. À 1:15 du début de la chanson Le tonnerre du cœur à laquelle il collabore, sa voix sonne comme un hautbois sur des notes de jazz! C’est tout simplement délicieux.

arthur-h-soleil-dedans

ARTHUR H
Soleil dedans
(Mystic Rumba / Polydor, 2014)

-Genre: chanson francophone allumée
-Dans la même veine que CharlÉlie Couture, Chilly Gonzales, -M-, Gainsbourg

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste

ARTHUR H: autant mourir debout
Originalité80%
Authenticité90%
Accessibilité85%
Direction artistique85%
Qualité musicale85%
Textes90%
86%Overall Score
Reader Rating: (2 Votes)
100%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.