En décembre 2011, la jeune rappeuse Azealia Banks frappait fort avec l’excellente bombe 212 (feat. Lazy Jay) : un morceau assez dansant, mais qui n’avait pas oublié d’être bien construit, assez musical, et surtout intense. 78 millions de visionnements sur Youtube prouvent le succès du single, à l’époque extrait d’un EP, intitulé « 1991 » (son année de naissance).

Trois ans plus tard, la jeune femme de 23 ans originaire de Harlem lance un premier album complet, intitulé « Broke with Expensive Taste », bourré de pièces riches en contretemps et en bons vers. La musique est toujours originale chez Azealia Banks : la rythmique est dépouillée à son maximum, et les influences sont très variées. Idle Delilah joue dans le territoire d’une M.I.A. avec son impression vaguement orientale, puis, l’ambiance vire du tout au tout avec la soul Gimme A Chance, où la basse funk et les cuivres prennent beaucoup de place. Il y a même un passage complètement latin vers la fin de la pièce! Au morceau suivant, Desperado, Banks se paye des accords de jazz en intro, avant de diriger son groove vers un univers un peu plus inquiétant et sombre. Une très belle variété!

Plus loin, sur JFK, elle prend une voix beaucoup plus sensuelle, invitant son ami Theophilus London (qui vient lui aussi de sortir un album) à collaborer avec elle. Elle y déploie une voix beaucoup plus riche, touchant au soul pop. Trouvez-moi une autre rappeuse qui place des xylophones et un hautbois dans sa musique, pourtant très accessible pour les pistes de dance (Wallace). Ce premier album inclut les meilleures chansons de son EP : Gimme A Chance et 212 et dure un généreux 60 minutes.

Mlle Banks ne l’a pas eu facile. Son père est décédé d’un cancer du pancréas alors qu’elle n’avait que 2 ans. Sa mère a par la suite perdu les pédales et est devenue violente envers Azealia et ses sœurs, au point où la jeune musicienne en herbe quitte la maison à 14 ans. Deux ans plus tard, elle participe à un musical et se fait remarquer par un agent qui la pousse vers la carrière d’actrice. La musique est toutefois le centre d’intérêt de Banks. On la retrouve brièvement chez XL Recordings sous le nom Miss Bank$ et déménage à Montréal (!), où elle anime une page YouTube.

Lorsque son visa devient invalide, elle retourne à New York où, déprimée, elle vend des porte-clés et danse nue dans le Queens. Sa carrière décollera véritablement en 2011 avec le hit 212 qui jouera beaucoup en Europe (#17 en Hollande, #12 au Royaume-Uni, #7 en Irlande).

Azealia_Banks_-_Broke_With_Expensive_Taste_album_cover_2014

AZEALIA BANKS
Broke with Expensive Taste
(2014, Prospect Park)

-Genre : rap électro
-Dans le même genre que M.I.A., Angel Haze, Kelis

Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers le channel YouTube de l’artiste

Pour acheter l’album, cliquez sur la bannière ci-dessous

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.