La presse spécialisée fondait de grands espoirs il y a quelques années sur Natasha Khan, alias Bat For Lashes. Mais depuis, la brunette Anglaise de 33 ans s’est un peu fait damer le point par les Florence + The Machine et autres St-Vincent, Cat Power et Fever Ray de ce monde. Sa pop alternative vaporeuse, pas si loin du new age par moments (Lilies) et sa jolie voix angélique ne sont plus en mode monopole. Il faut dire que la demoiselle est jolie, et souvent assez sexy, de quoi émoustiller les éditeurs qui doivent choisir quel(le) artiste ornera la page couverture des Dazed et Fader et autres magazines rock. La pochette de son nouvel opus la montre d’ailleurs complètement nue, portant un homme, nu lui aussi, qui lui cache habillement les parties les plus intimes.

Le plus récent disque de Bat For Lashes n’est pas mauvais, mais il n’est pas extraordinaire non plus. Sur All For Gold, il y a un certain effort pop qui vise à convertir le public qui pourrait s’impatienter entre deux albums de La Roux et cherchent réconfort dans les bras (virtuels) d’une autre chanteuse ensorcelante. Plus que la voix de Khan, ce qui fascine sur « The Haunted Man » est la qualité et la variété des arrangements, uniques pour chaque morceau. Sur Horses of the Sun, les percussions prennent une large place en soutien à la voix, alors que les autres instruments ne s’en tiennent qu’à quelques notes, et, lorsque les chœurs arrivent, un pense un peu aux premiers efforts solo de Björk, mais sans le son cristallin dans la voix de l’Islandaise ni sa folie légendaire.

 

Ceci dit, quelques morceaux sont meilleurs que d’autres comme Oh Yeah, grâce à un refrain enivrant et des chœurs divins, ou Laura, interprétée presque en solo au piano, qui évoque la belle époque de Tori Amos. Ce ne sera d’après moi pas suffisant pour que son troisième album n’obtienne la même reconnaissance que ses deux premiers, Fur and Gold (2006) et Two Suns (2009), qui avaient été mis en nomination aux prestigieux Mercury Prize (sans toutefois gagner). Notons que l’un des quatre coréalisateurs de cet album est Rob Ellis, un proche collaborateur (et batteur) de PJ Harvey.

 

Natasha Khan a grandi à Londres où elle est née en 1979 de l’union d’un Pakistanais et d’une Anglaise, puis à Wembley et finalement à Rickmansworth dans le Hertfordshire, chez son oncle. Elle est la cousine du champion mondial Jahangir Khan, le plus grand joueur de squash de l’histoire de ce sport.

bat_for_lashes_-_the_haunted_man

BAT FOR LASHES
The Haunted Man
(Parlophone, 2012)

Lien vers achat en ligne (iTunes)
Devenez fan de Bat For Lashes sur Facebook

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.