La pop énergique de Bleachers est le genre qui transporte le corps et l’esprit vers un état d’excitation qui fait danser ou courir: si j’étais du genre à m’entraîner, j’ajouterais absolument des chansons telles Rollercoaster dans un mix sensé me donner le coup de pied au derrière nécessaire.

Bleachers est le projet d’un des musiciens de Fun., Jack Antonoff. Le gars connaît donc pas mal la recette du succès. Trois de leurs chansons sont archiconnues : We Are Young (avec Janelle Monáe), Some Nights et Carry On. Le premier leur a valu deux Grammy, a été #1 autant aux États-Unis qu’en Angleterre, leur 2e album « Some Nights » de 2012 caracolant dans le top 10 en Australie, au Canada, en Irlande, en Nouvelle-Zélande, en Norvège et au Royaume-Uni. Ils en vendirent un million de copies chez les voisins américains seulement.

Le premier effort d’Antonoff, « Strange Desire », a atteint le #2 des palmarès US alternatif et rock.

Dans le paysage musical actuel, avec des artistes tels Chvrches ou Bastille au sommet des palmarès, une formation telle Bleachers a de bonnes chances d’attirer plusieurs paires d’oreilles. Et ce sera mérité! Plusieurs des mélodies de “Strange Desire” sont bien composées: accrocheuses, énergiques, contagieuses. La pièce titre en est un bel exemple.

Bleachers a bien étudié la musique de ses aînés: beaucoup d’influence des vedettes pop des années 80, autant au niveau musical (claviers, beatbox à profusion) mais aussi au niveau vocal. I Wanna Get Better rappelle autant Peter Schilling, Falco, The Fixx… que Mika! On est dans le monde de la pop, mais de la bonne.

Il faut aussi admettre que Bleachers a plus d’une bonne chanson dans son répertoire, ce qui est le défaut de bien des artistes pop rock, capable d’un ou deux gros tubes (pensons au Kooks et autres City + Color) mais très vite oubliés par la suite.

Wake Me est une chanson pop tout à fait potable, Reckless Love, aussi, avec son chant robotique (à la 80s, encore une fois) et son refrain accrocheur. Leur côté “on chante en chœur pour briser toutes les barrières” peut aussi rappeler des groupes comme Elbow. Mais Bleachers reste dans le secteur pop rock avec claviers en avant-plan. Les ados aimeront bouger sur You’re Still Such a Mystery, une pièce allumée, entraînante et bien punchée. Les plus vieux y entendront du Icehouse (je suis allé les chercher loin, ceux-là!).

Le Newyorkais assure que l’album de Bleachers n’indique pas la fin de Fun.. Ce n’est qu’une aventure musicale développée parallèlement, essentiellement composée lors de moments de solitude, en cachette, pendant la longue tournée qui a suivi l’immense succès de Fun.

À écouter sans en abuser, pour le plaisir.

bleachers-strange-desire-cd

BLEACHERS
Strange Desire
(RCA/Sony, 2014)

-Genre: pop rock
-Dans le même genre que Bastille, Portugal. The Man, Icehouse

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.