Je suis tombé sur ce magnifique album duquel je n’attendais absolument rien, pensant même qu’il s’agirait d’un disque guimauve de pop italienne que j’allais détruire d’une acerbe critique. MAIS NON, loin de là, le nouvel album de la formation Canzoniere Grecanico Salentino (CGS) est une merveille! Je ne croyais pas craquer pour de la musique traditionnelle à ce point, encore moins celle provenant du fin fond de l’Italie, chantée dans un dialecte difficilement compréhensible… Mais c’est pourtant le cas : « Pizzica Indiavolta » tourne en boucle dans mon lecteur mp3 et dans ma tête. Je ne m’en tanne pas!

Il y a une telle passion dans leur exécution musicale, dans le plaisir évident qu’ils ont à interpréter leur musique que s’en est contagieux.

Ils semblent sortis de nulle part pour nous, mélomanes québécois, mais CGS fait applaudir les foules italiennes depuis 1975! On les a aussi entendus jouer avec des musiciens de renom dont Ballake Sissoko (qui joue d’ailleurs de la kora sur E chorà tu anemu) Ibrahim Maalouf, Piers Faccini, le compositeur Ludovico Einaudi, et avec le batteur Stewart Copeland, anciennement de The Police. Ce sont eux qui ouvraient le Concertone of La Notte della Taranta à Melpignano devant plus de 100 000 personnes.

Leur nouvel album « Pizzica Indiavolta » est tout simplement hallucinant! Tous les amateurs de musique folklorique (irlandaise, bretonne, québécoise, klezmer…) vont l’adopter en un rien de temps, tellement l’énergie des sept musiciens est contagieuse (la brillante Focu d’amore). Ce qui me surprend toujours avec la musique typique d’un pays est à quel point elle peut ressembler à celle, typique, d’un autre!

Dans Tamburieddhu mia, la voix rauque de Giancarlo Paglialunga, un colosse qui joue du tambourin traditionnel, le tamburrieddhu, sonne un peu comme celle des Roumains Gypsy Kings, mêlée avec une petite flûte irlandaise ou médiévale et un accordéon qui semble avoir été trouvé à Montmartre. Vrai que je ne suis pas un expert en folklore, l’accordéon est sans doute aussi italien que français… La cornemuse et la viole de gambe (?) sur Questa matina ne sonnent pas tant écossaises qu’anciennes.

La beauté de l’affaire est que le CGS va aussi rejoindre les fans de musique actuelle avec des pièces à la Fred Frith (l’excellente Nu te fermare, au refrain divinement entraînant, irrésistible). La rythmique est hypnotique, tellement traditionnelle, tellement oubliée qu’elle devient aujourd’hui originale. Les moments plus doux, dans lesquels la très élégante voix de Silvia Perrone tient la vedette (Bella ci dormi) plairont autant aux amateurs de l’Espagnole Luz Casal (qui était venue aux Francos en 2011), de la Grecque Angélique Ionatos que d’Ivà Bittovà (sublime violoniste tchèque).

Les harmonies vocales sont haut de gamme, tout au long de l’album – leur 16e album depuis 1980. Je me dois de les nommer tous : Mauro Durante (chant, violon, tambourin) fils de Daniele Durante, fondateur de l’ensemble en 1975, Maria Mazzotta (chant), Giulio Bianco (Italian bagpipes, harmonica, recorders), Massimiliano Morabito (accordéon diatonique)et Emanuele Licci (chant, guitare, bouzouki), complètent le groupe. Jamais cette musique ne sonne vieillotte: ces musiciens sont allumés, dynamiques, précis. Leur passion s’entend à chaque note, ce n’est rien de moins que magnifique.

Sur scène, une magnifique danseuse, Silvia Perrone, vient compléter le spectacle.

CanzoniereGrecanicoSalentino

Le Canzoniere Grecanico Salentino est le plus grand et le plus ancien groupe de musique traditionnelle des Pouilles dédié à la danse de la Pizzica, baigné par les transes incandescentes notamment de la Notte della Taranta.
 La région de Salento est située dans le talon de la “botte” qu’est l’Italie. Plus d’informations sur cette culture sur le site du groupe.

Cet album sera difficile à ignorer dans mon top 10 de l’année!

Bravo! Bellissima! Encore!

Canzoniere-Grecanico-Salentino_-Pizzica-Indiavolata

CANZIONERE GRECANICO SALENTINO
Pizzica Indiavolta
(Ponderosa Music & Art, 2013)

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Suivez CGS sur Facebook

 

Divin disque du fin fond de l'Italie du CANZONIERE GRECANICO SALENTINO
Originalité95%
Authenticité90%
Accessibilité75%
Direction artistique95%
Qualité musicale95%
90%Overall Score
Reader Rating: (1 Vote)
92%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.