Parmi les gens les plus passionnés par la musique, il y a ceux et celles qui travaillent dans l’industrie: chez les labels, les relationnistes de presse, les promoteurs de concerts, les gestionnaires de salles de concerts, les journalistes culturels, etc.
RREVERB propose une série d’entrevues en profondeur avec les artisans passionnés de la musique.
Cette semaine, rencontrons…

CHRISTOPHE PIOT

PRÉSENTATION

Quel est votre nom, quel est votre rôle dans l’entreprise musicale où vous travaillez, et depuis quand y œuvrez-vous? D’où êtes-vous et où vivez-vous maintenant?

christophe piotJe suis Christophe Piot, Editeur et CEO d’All Right Music. Je vis à Biarritz au Pays Basque. Je représente les Éditions de David Guetta, AIR, Nolwenn Leroy, de comédies musicales, et je co manage un artiste génial Quentin Mosimann.

Ma société en partenariat avec Premier Muzik au Canada, gère les droits voisins de beaucoup d’Artistes comme Aviici, Gaga, Metallica, Lorde et beaucoup d’autres grands talents comme le fantastique Stromae.

Pouvez-vous expliquer ce qu’est “le droit voisin” à nos lecteurs svp?

Les droits voisins sont des droits annexes aux droits d’auteurs. Ils sont réservés aux artistes interprètes (artistes principaux ou groupes) et musiciens additionnels ainsi qu’aux propriétaires d’enregistrements (master owners). La rémunération provient de la diffusion des enregistrements (radios, TVs, clubs..) et dans certains pays d’une taxe sur les clés USB, CD vierges, Smartphones et de tout ce qui permet d’enregistrer/télécharger des programmes, c’est la copie privée. C’est un droit en expansion par rapport au reste du business.

Tous les pays collaborent-ils facilement les uns avec les autres pour payer les artistes?

Certains pays essaient de collaborer, mais les règles sont souvent différentes localement et il est à mon sens plus efficace de réclamer ses droits à la source, pays par pays.

J’ajoute que dans ce cadre, All Right Music travaille depuis plus de 10 ans avec Premier Muzik basé à Montréal. C’est une aventure fantastique, de business et d’amitié avec Gino Olivieri et Gino Crescenza, les fondateurs de Premier Muzik. Ils sont mes super chums ainsi que tout le staff. C’est rare de faire une telle rencontre et j’en suis fier et heureux.

Quand avez-vous commencé à travailler dans l’industrie musicale?

J’ai fait mes débuts il y a presque 30 ans, par passion dévorante pour la musique. Cette passion ne m’a jamais quittée.

Quand avez-vous commencé à aimer la musique?

Depuis mon premier cri

À 20 ans, quel était votre rêve (dans le domaine musical)?

Celui que je vis actuellement.

Piot

Christophe Piot et Quentin Mosimann, DJ

SUR L’INDUSTRIE MUSICALE

Est-il encore possible aujourd’hui de gagner sa vie dans l’industrie musicale? Que faut-il faire pour y arriver?

Il faut se réinventer en permanence, accepter qu’il n’existe aucun schéma établi, être curieux de tout, effacer le moindre préjugé, la moindre arrogance et apporter une plus value ajoutée aux Artistes et aux Auteurs.

Quelle(s) rencontre(s) a(ont) été déterminante(s) dans votre carrière dans l’industrie musicale?

Il y en a plusieurs : Tom Arena qui m’a engagé comme A&R chez MCA et avec qui j’ai également  travaillé chez Warner Chappell, Lalo Schifrin le compositeur de films le premier Américain à m’avoir confiance pour ses droits voisins, David Guetta  et Jean Charles Carré son business partner

Que changeriez-vous de l’industrie musicale d’aujourd’hui?

C’est une industrie atypique, il y a beaucoup moins d’argent, mais de plus en plus d’offres. On doit s’inquiéter des revenus des ayants droit. Comment survivre avec le streaming ?  Une plus juste rémunération des créateurs et des interprètes… voilà ce que je souhaite.

Quel grand rêve n’avez-vous pas encore accompli?

J’aurais  pu être  auteur… mais je suis sans doute trop raisonnable

Le vinyle, la cassette, le CD ou le digital?

Le digital, car c’est la musique aujourd’hui. Il existe de plus en plus des offres de qualités, mais je suis consterné par la mauvaise qualité sonore dont certains se contentent.

SUR LES ARTISTES ET LA MUSIQUE

Vos styles de musique préférés? 

J’aime la musique Anglo-Saxonne, de Gershwin à Stevie Wonder, des Who à  Eminem,  de Sam Smith ou Alex Clare..

Sur une île déserte, vous emmèneriez ces 5 albums (pas plus).

  • Tumbleweed Connection / Elton John
  • Songs of The key of Life / Stevie Wonder
  • Tommy / The Who
  • I Want You/ Marvin Gaye
  • Tapestry / Carole King

Playlist!

Quel est l’artiste le plus sympathique que vous ayez rencontré?

David Guetta, intelligent, loyal, fidèle, brillant. C’est gratifiant de travailler avec un tel artiste. Il ne suit pas la mode il la crée. Savez-vous qu’il est le seul Français dans toute l’histoire à avoir réussi 6 numéro un en Angleterre, une douzaine de Top 5,? I Gotta Feeling qu’il a composé avec Fred Riesterer est resté 14 semaines en tête du Billboard aux USA. C’est extraordinaire. J’ajouterai aussi Frederic Riesterer qui a composé beaucoup de hits avec David comme  « Without You « Love Is Gone » ou « Lovers On The Sun » c’est un grand ami, un être humain comme on en rencontre peu.

david-guetta

DAVID GUETTA (photo: DMahoney )

Le moins sympathique? Pourquoi?

Il y a en a bien sûr… mais quel intérêt d’en faire la promotion ?

Qu’est-ce qui fait que certains artistes sont désagréables, ont des égos surdimensionnés, alors que d’autres, parfois bien plus talentueux, sont aimables et accessibles? Est-ce possible de rester accessible lorsqu’on est une méga-star?

Les Artistes comme tous les êtres humains ont leurs bons et mauvais moments. Savoir leur parler, ne pas être ni groupie ni flatteur, mais honnête et directe aide beaucoup dans la relation.

L’ego s’il est sur dimensionné est souvent inversement proportionnel au véritable talent, mais avoir un ego fort est indispensable.

Il ne faut pas confondre la création avec la personnalité. On peut raconter des histoires d’amour terriblement sensibles et être un être humain avec des préoccupations ordinaires. J’ajouterais que la condition d’Artiste populaire n’est pas aisée, quand on est exposé, on prend des coups et il faut être fort (et bien entouré 🙂

Quel artiste brillant aurait dû percer davantage, selon vous?

J’ai parfois tendance à penser que chacun a sa chance et que le public décide. La chance elle doit être saisie, c’est un aspect du talent.

Qui aimeriez-vous rencontrer?

Il vaut mieux éviter ses héros de peur d’être déçu… la musique suffit à elle-même.

Merci Christophe!

Pour en savoir plus sur les droits voisins et la firme All Right Music, visitez le site web (cliquez sur le logo ci-dessous).

all right music

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.