Le trio indie rock Dear Criminals jouait au Savoy du Metropolis, en ce lundi 30 juin, dans le cadre du Festival International de Jazz de Montréal édition 2014, la 35e!

Composé de Frannie Holder, de Random Recipe, Vincent Legault et Charles Lavoie, Dear Criminals a créé une ambiance nocturne somptueuse, où seules des lumières néon éclairaient leurs claviers. On se serait crus à deux heures du matin dans le loft d’un ami cool.

En plus de leurs chansons indie folk, les trois musiciens ont eu la bonne idée d’allonger leur bref répertoire (seulement 3 EPs dont le plus récent, « Crave ») de reprises. Mais des reprises particulières: toutes conçues de textes misogynes, tellement sexuelles que « malaisantes » ou carrément pornographiques. Ainsi, les textes de Blurred Lines (le tube de Robin Thicke) et Sweat (le reggae d’Inner Circle) ont été placés dans de nouvelles musiques minimalistes et chantées en duo gars/fille, changeant complètement le sens initial.

Ça aurait été parfait si le son n’avait pas été mille fois trop fort. Monter le volume à ce point relevait presque de l’agression des tympans et n’était franchement pas nécessaire dans cette toute petite salle où tout le monde était attentif. Après vingt minutes, mes oreilles (qui en ont pourtant vues – entendues! d’autres) ont eu leur dose et je suis parti voir ailleurs. Tant pis.

Lire d’autres critiques du Jazz ici.

Cliquez sur une des photos ci-dessous, signées Marie-Claire Denis (Spectra) pour lancer le diaporama!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.