Ce qui est génial des labels de qualité est que la musique et les artistes dans lesquels ils s’investissent sont toujours d’excellente qualité eux aussi, visiblement triés sur le volet. Sub Pop, que l’on connaît tous pour avoir été la maison de disque de Nirvana, est l’une des meilleures. On est rarement déçus par les albums qu’ils lancent et artistes qu’ils endossent. Ne se limitant plus au grunge comme à ses débuts, ces mélomanes basés à Seattle nous ont fait connaître, seulement dans la dernière année, les remarquables Beach House, Low, Washed Out et plus récemment Dum Dum Girls,  Still Corners et The Baptist Generals.

En ce début d’année 2014, Sub Pop présente Death Vessel, mené par la voix et la guitare de Joel Thibodeau. Le nouvel album musicien du Rhodes Island s’appelle « Island Intervals » et regroupe huit titres de folk planant, durant à peine plus qu’une demi-heure.

La voix de Thibodeau est aussi aérienne que celle de Jonsí, le fameux chanteur de Sigur Rós. On croit avoir affaire à une chanteuse tellement sa voix est haute et douce. Il y a d’ailleurs une certaine ressemblance de quelques morceaux comme Ilsa Drown avec ceux des Islandais, à la différence qu’ils sont en anglais et que Death Vessel s’en tient à des arrangements moins grandioses. Jónsi participe d’ailleurs à ce morceau. Thibodeau avait assuré la première partie de certains concerts solo de Jónsi, il y a quelques années. Ces deux hommes aux voix aigües se connaissent donc bien.

Voici quelques chansons tirées de « Island Intervals », dont le clip Mercury Dime.

L’album — le 3e de la carrière de Thibodeau sous le nom Death Vessel — débute en force avec la magnifique Ejecta. Avec une voix archi haut perchée (comme celle de Jon Anderson de Yes), des rythmes composés par un loop de bruits concrets, un orgue de fond et des xylophones, on est immédiatement frappés par l’originalité de la musique, mais encore plus par l’effet planant et le désir d’évasion qu’elle déclenche chez l’auditeur. Sur Triangulated Heart, un doux morceau folk, sa voix ressemble à celle de Kazu Makino, des Blonde Redhead.

Thibodeau a l’habitude de tout faire tout seul, mais s’entoure aussi d’une panoplie de musiciens invités lorsqu’un morceau exige du trombone, du banjo ou des voix féminines pour suivre la sienne, tout en haut de la portée. « Island Intervals » a été enregistré à Reykjavik, sur l’île qu’est Islande.

Cette impression de légèreté, de grands espaces et de fuite ne nous quittera pas de l’album. Une très belle découverte à faire.

Death-Vessel-Island-Intervals-cd

DEATH VESSEL
Island Intervals
(Sub Pop, 2014)

-Genre: slowcore vaporeux
-Dans la même veine que Sigur Rós, Snowblink, Alexandre Désilets

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré plongeant dans tous les genres et époques, Nicolas Pelletier a publié 6 000 critiques de disques et concerts depuis 1991, dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, lance le site RREVERB en 2014, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016. Il dirige maintenant la stratégie numérique d'ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada.