Il y avait de l’ambiance au Club Soda le 26 juin dernier au show du chanteur folk Donavon Frankenreiter dont la musique est une espèce de mélange de JJ Cale, Harry Manx et Gregg Allman… Avec son allure d’authentique cowboy, l’homme livre son folk blues avec coeur, sans s’épandre inutilement. La classe country folk en personne.

On se serait crûs en 1976 tellement le country soul de Donavon Frankenreiter sonnait comme certains des bons moments de groupes américains comme The Eagles au niveau des mélodies, mais plus comme le soul black à la Otis Redding au niveau du chant!

Simplement accompagné de deux talentueux musiciens : Matthew Grundy, un multi-instrumentiste qui touchait autant l’harmonica que la guitare-basse à deux manches et Michael Duffy, un percussionniste qui saisissait très bien comment jouer les percussions arabisantes, Frankenreiter a joué la simplicité et visé dans le mille. Ce gars a du soul à revendre! Les filles dansaient, les gars buvaient, ça parlait fort, mais ça profitait aussi de la bonne musique du band.

Un excellent show de chanteur folk d’Hawaii dont je cours m’acheter un album à la tente HMV du festival pour voir s’il est aussi bon en studio (fort probablement). Je vous en reparle si c’est le cas.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.