C’est fou comme les premières impressions peuvent nuire à la découverte d’excellents artistes. Je ne sais pas où j’avais pris ça, mais je croyais que Dr John était un songwriter un peu barbant, “estimé” mais pas nécessairement facile d’écoute et verbeux, un peu à la Randy Newman. Eh bien, ça m’aura pris son plus récent album, l’excellent “Locked Down” de 2012 pour me défaire de cette mauvaise impression et vraiment apprécier ce grand auteur-compositeur-interprète qui roule sa bosse depuis la fin des années 60.

“Locked Down” me donne définitivement le goût de me plonger davantage dans la généreuse discographie du musicien de La Nouvelle-Orléans, né Malcolm John “Mac” Rebennack en 1940. Son 35e album en carrière débute par un soul rock fort entraînant, teinté des années psychédéliques (la chanson titre). Puis, on changera de styles subtilement d’une pièce à l’autre, ratissant autant le soul de Van Morrison (God’s Sure Good) que Tom Waits parmi les nombreuses influences sonores. Tiens donc, c’est Dan Auerbach, des Black Keys, qui a réalisé l’opus et contribué avec sa guitare. Ce n’est pas la première fois que ce génie des temps moderne revigore un artiste.

Cet album de Dr John est un merveilleux et cohérent amalgame de diverses influences. Sur Ice Age, c’est une ambiance afrobeat à la Fela Kuti entremêlée d’une voix mystérieuse à la Tom Waits. Getaway a des allures de Van Morrison mais aussi de big band soul rock à la Commitments (vous vous souvenez du film?) alors que Kingdome of Izzness sonne vraiment comme un jazz rock des années 70 avec orgue, chœurs féminins, rythme funk. C’est réussi à tous les coups!

Ce Dr John, que j’ai mis tout ce temps à découvrir est un maître et je me sens vraiment pauvre de l’avoir manqué toutes ces années. Comment ai-je pu passer à côté de ce génie? Chaque morceau de “Locked Down” est réussi, fort, riche d’arrangements qui sont justes, jamais clichés, pourtant exactement du bon style et du bon ton à chaque fois (la funk Eleggua). Le magazine Rolling Stone l’a classé #15 parmi ses 50 meilleurs albums de l’année 2012. Il a remporté le prix Grammy du Meilleur album Blues en 2013, son 6e Grammy de sa carrière, débutée en 1969.

Le coloré personnage maintenant âgé de 74 ans est fortement associé à tout ce que la Nouvelle-Orléans représente : le Mardi Gras, les costumes, l’extravagance, les gris-gris, une touche de mystère, de voodoo… Il a collaboré avec de nombreux artistes (dont les Stones, Carly Simon, James Taylor, Rickie Lee Jones, les Neville Bros, The Band, Ringo Starr, Neil Diamond, Doc Pomus…), composé des musiques de films, d’émission de télé (il est également apparu dans plusieurs productions) et – hommage ultime – a été l’inspiration du Muppet « Dr Teeth ».

Je termine avec une playlist qui fait un bref survol de son immense carrière. Vous y entendrez des duos avec plusieurs grands artistes du blues, dont Etta James, Johnny Winters et Eric Clapton. Un autre qui mérite une reconnaissance bien plus grande que celle dont il jouit actuellement.

DR JOHN
Locked Down
(Nonesuch, 2012)

-Genre: soul rock hanté de blues, jazz
-Dans la même veine que Tom Waits, Van Morrison, Randy Newman, Allen Toussaint

Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers le channel YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.