L’idée d’Erik West Millette, fort intéressante, est de rendre hommage aux voyages en train, dans tout ce qu’ils impliquent. D’abord l’exotisme des destinations, l’excitation des départs, la valse des voyageurs en gare, débarquant ou embarquant dans le bon wagon, ainsi que tout le travail en coulisse, par les ressources entourant cette activité, de l’hôte au chemineau.

On traverse donc l’Amérique en entier en compagnie de la musique de Millette, un guitariste d’inspiration plutôt blues. Son jeu avoisine celui de Mark Knopfler sur Trans-Canadian Express, pièce instrumentale donc la rythmique est en partie créée par le son des roues du train sur les rails.

Plus loin, sur la trop courte interlude Union Station Mood, l’incontournable harmonica nous propulse dans un esprit blues hanté, avant que Chicago Jump Trainz nous renvoie à un jazz rock dont Booker T & the MG’s auraient été fiers.

La version en concert est spectaculaire!

Ce qui est franchement intéressant avec cet album est l’utilisation d’enregistrements réels dans certaines gares comme fond sonore. On se surprend à visualiser la Central Station de New York, à tenter de suivre des pas que l’on entend dans ce mélange de bruits et de musique ambiante. Par moment, on plane. À d’autres, on groove (New York Night Trainz). Sur Louisiana Sunset Limited, c’est le blues cajun, avec orgue, accordéon et fanfare qui fait taper du pied. Millette a bien saisi chaque style, sans jamais l’exagérer au point de tomber dans le pastiche.

La voix de Millette, plus narrateur que chanteur, nous accompagne parfois, mais c’est surtout la musique et les sons qui font le voyage (qui lui, en retour, fait la jeunesse!). Il y a une douzaine d’années, j’avais parlé d’un disque semblable dans le concept, mais dont l’artisan, dont le nom m’échappe, œuvrait davantage dans le spoken word. Là aussi, on voyageait en train si ma mémoire est bonne, mais c’était là le seul parallèle.

Une belle idée de ce musicien québécois dont les deux grands-pères étaient chemineaux. C’est un peu une sorte d’hommage qu’il leur fait ici, sans jamais tomber dans le documentaire barbant. La musique d’Erik West Millette est allumée, bien dosée, riche de différentes ambiances et évite les clichés. Une pièce unique.

Millette est également directeur musical de nombreux projets multimédia pour Radio-Canada. Il a travaillé avec Dr John, Captain Van Walls, Bia, Nanette Workman, Mary-Jo Thério, Richard Séguin, Robert Seven Crows, Thomas Hellman…

ERIK WEST MILLETTE
West Trainz
(L-A be, 2015)

-Genre: ambiant groove de contexte
-Dans le même moule que Wax Tailor, Jordan Officer

Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers le channel YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.