La réputation des événements extérieurs du Festival international de Jazz de Montréal n’est plus à faire, mais il est tout aussi bénéfique de prendre le temps d’éplucher la programmation pour voir ce qui se passe dans les nombreuses salles adjacentes du quartier des spectacles.
Alors pour ceux qui préfèrent éviter les foules et vivre un moment un peu plus ‘intime’, voici cinq suggestions de spectacles intérieurs dans le cadre de cette édition 2017, parfois incontournables et parfois à découvrir.

29 juin: Jean-Michel Blais – 5ième salle de la Place des arts

Le pianiste Jean-Michel Blais, originaire de Québec, est en ascension incessante depuis la parution de son album Il sur Arts + Crafts (excellent label indépendant de Toronto), mais le récent lancement de ‘Cascades’, collaboration avec l’artiste électronique CFCF, montre que son inspiration est plus que renouvelable et que sa palette dépasse le travail en solo. À voir pour apprécier un artiste qui nous représente dignement sur la scène internationale, mais surtout pour découvrir comment le nouveau matériel s’adapte à cette tribune davantage classique.

30 juin: Bob Dylan – Centre Bell

Rarement une tournée n’aura aussi bien portée son nom que le  Neverending Tour de Bob Dylan. S’il s’est effectivement arrêté quelques fois à Montréal dans la dernière décennie, parfois même dans le contexte du FIJM, il s’agit néanmoins d’une chance peut-être ultime de simplement se trouver dans la même pièce que cette légende vivante de la musique. Qui plus est, les ‘setlist’ sont toujours parsemés de quelques surprises… Bref, allez-y, mais surtout ne prenez pas de risque et demeurez jusqu’à la fin malgré les quelques épreuves potentielles.

1er juillet: Squarepusher – Club Soda

Squarepusher fait tellement dans la réinvention constante qu’il est impossible à ce point-ci de le catégoriser, même si l’artiste électro a toujours ouvertement assumé ses racines jazz. Ses derniers efforts donnaient dans une saveur électronique un peu plus pure inspirée du drum ‘n’ bass, mais ce premier passage en 4 ans devrait donner lieu à une ambiance plutôt festive dans l’intimité du Club Soda.

4 juillet: Feist – Salle Wilfrid-Pelletier

La canadienne Feist a-t-elle besoin de présentation? Non. Le tout nouvel album Pleasure, s’il ne réinvente rien, constitue probablement l’usage le plus abouti et cohérent de sa formule à ce jour. Cette performance devrait être beaucoup plus agréable dans le contexte de la vénérable Salle Wilfrid-Pelletier qu’un Centre Bell un peu moins adapté où elle était de passage dans les dernières années.

8 juillet: Tony Allen – Monument National

Le légendaire batteur nigérien Tony Allen est à la base même de l’Afrobeat et a collaboré avec tout le monde et tous les genres au fil des années (de notamment Fela Kuti à… Damon Albarn!), mais il est bien sûr d’autant plus connu et respecté pour son travail “personnel”. Ce sera donc une occasion de le retrouver au service de sa propre musique et redécouvrir l’entendue de son talent dans une salle où on ne voit tout simplement pas assez de musique. Une façon aussi belle que versatile de terminer le marathon du festival.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Karl-Philip Marchand Giguère

Obsessif compulsif qui classe ses albums d’abord en ordre alphabétique d’artistes, puis de parutions (avec les simples sous les albums, question de confondre encore davantage les gens qui le visitent), Karl-Philip oeuvre dans l’industrie depuis plus d’une décennie. Il a touché à tout: maisons de disques, gestion de salles de spectacle et rédaction professionnelle pour de nombreux artistes. Il assiste à de nombreux shows lorsqu'il n'est pas désespérément en train d'essayer de faire de la place dans sa bibliothèque musicale.