Un autre album pour cette charmante et délicate auteure-compositrice-interprète qui œuvre dans l’univers folk. Mademoiselle Gabrielle Papillon a un nom bien francophone, mais ne chante qu’en anglais (sauf sur un titre, Coccinelle). Sa voix est très douce, ses chansons ne sont jamais surprenantes, mais ne sont pas sans intérêt non plus. Les arrangements sont simples, mais riches, surtout au niveau des percussions.

Little Bug est son second album, après The Currency of Poetry, sorti en 2011 de façon indépendante. Le type d’album auquel on accroche de plus en plus au fil des écoutes. Le type d’album qui a l’air de rien au départ, mais qu’on apprend à apprécier, du moins certaines chansons plus que d’autres. Turn Left est un morceau qui attire (voir le clip ci-dessous), puis s’en suit la pièce-titre, Little Bug, à la jolie mélodie archi accrocheuse qui fait sourire et taper du pied.

 

Papillon manque malheureusement de constance : Concrete of the City est un peu drabe et longue, mais tout de suite après Coccinelle est conçue avec plusieurs pistes de voix superposées. Si la musique ainsi créée est angélique et divinement douce, le texte est plutôt ordinaire. Sur Moonless Night, elle sort le banjo et l’harmonica, ce qui dynamise le tout, mais l’air n’est pas transcendant, une bonne coche sous ce que ferait Moriarty, par exemple. À part de trop rares moments qui montrent tout le potentiel de cette jeune créatrice de chansons, cet album retombe un peu trop vite dans l’anonymat. Son jeu de guitare et sa voix sont tout de même impeccables.

Elle annonçait en décembre 2014 avoir signé avec l’écurie Bonsound, pour la suite de sa carrière. Voilà qui aurure bien!

gabrielle-papillon-little-bug

GABRIELLE PAPILLON
Little Bug
(indépendant, 2012)

-Genre: folk
-Dans le même genre que Angela Deveaux, Katie Moore, Sara Johnston

Lien vers achat en ligne (BandCamp)

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré plongeant dans tous les genres et époques, Nicolas Pelletier a publié 6 000 critiques de disques et concerts depuis 1991, dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, lance le site RREVERB en 2014, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016. Il dirige maintenant la stratégie numérique d'ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada.