Le groupe Lyonnais High Tone s’amuse beaucoup à mélanger les genres. À la base un ensemble électro dub urbain, ces cinq gars infusent des extraits sonores qui ajoutent soit une touche world, reggae ou futuriste (Raag Step) à leurs morceaux. Ainsi, il n’est pas rare d’entendre des chants indiens, des extraits de discours, du sitar, des extraits sonores qui semblent jaillir d’émissions de télé des années 70, etc. Des rappeurs viennent aussi faire leur tour, comme Oddateee sur Old Mine.

Voici un clip pas mal créatif, pour la pièce Until the Last Drop, réalisé par Nicolas Thiry et Guillaume Caron.

Sur A Fistful of Yen, ce qui semble être le son d’une shamisen, ce petit violon (ou guitare?) japonais traditionnel carré, croise une guitare électrique americana, avant qu’un immense beat dubstep ne débarque tel un rouleau compresseur et n’enterre le tout (c’est un peu dommage d’ailleurs). Super Kat est un excellent reggae planant à la Pretty Lights. Vraiiiiment planant. Écoutez ça.

Mais toujours, les beats sont riches, les sons bien texturés (72′ Turned Off) et la créativité toujours au rendez-vous. Comme chez les artistes semblables, ce n’est pas toujours facile à suivre, mais on pourrait situer High Tone quelque part entre Amon Tobin (pour le mélange des sons), Gorillaz (pour le mélange des genres) et le dubstep.

Le groupe est composé de Aku Fen (guitare et claviers), Twelve (DJ et échantillonnage),  Fabasstone (basse et MS10), Dino (batterie) et Natural High (claviers). « Ekphrön » est déjà le 6e album du groupe, formé en 1997, toujours fidèle à son label, Jarring Effects. Ils auraient été les premiers à rendre le dub sur scène, environnement qu’ils maîtrisent.

La photo ci-dessous a été prise par Magalie Rastello lors d’un événement concert en 2011 intitulé « Fool – KompleXKapharnaüM meets High Tone » avec projections et apparitions de musiciens spectaculaires : un rappeur chantait de la fenêtre d’un appartement, plusieurs mètres au-dessus. Bref, un beau délire!

high-tone-bus

High Tone a joué au Festival International de Jazz de Montréal le 28 juin 2014. Y étiez-vous?

high-tone-ekphron

HIGH TONE
Ekphrön
(Jarring Effects, 2014)

-Genre: électro dub ultra varié
-Dans la même veine que Amon Tobin meets Gorillaz + dubstep à la Pretty Lights

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook du groupe

HIGH TONE: musiciens sans frontières
Originalité85%
Authenticité75%
Accessibilité45%
Direction artistique80%
Qualité musicale80%
73%Overall Score
Reader Rating: (0 Votes)
0%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.