Les scènes extérieures du Festival de Jazz offrent des spectacles pas mal plus axés sur le blues, le rock et le jazz plus populaire. C’est peut-être moins jazz pur qu’en salles, mais ce n’est pas moins bon!

Le bluesman américain né à Boise en Idaho John Németh (oui avec un accent aigu) a toute une voix, puissante, pleine de soul, modulée. Entouré d’un solide band blues rock (dont un bassiste possédant une basse Höfner vert pomme!), il a fait swinger le public montréalais. Németh est l’un des rares qui me fait apprécier l’harmonica. Il en extrait une belle sonorité, à l’ancienne, comme si elle sortait tout droit des années 40 (ou d’un vieil ampli).

john nemeth festival de jazz 2016 1

Assez comique dans son une-pièce aux couleurs tie-dye, il ne manque pas de charisme. Un solide musicien à la voix entraînante, qui ne sort pas des sentiers battus, mais qui fait décoller un party solidement et sans équivoque.

Fils d’un immigrant hongrois, Németh sillonne les scènes de l’Amérique depuis 1991. Il a vécu à Oakland avant de déménager à Memphis en 2013 pour « être à l’épicentre du blues et du soul ».

JOHN NÉMETH jouait sur une scène extérieure le vendredi 1er juillet 2016 dans le cadre du Festival international de Jazz de Montréal.

Consultez tous nos articles sur le Festival de Jazz ici.

 

Photos exclusives Nico Pelletier, RREVERB, tous droits réservés

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.