Une autre auteure-compositrice-interprète féminine québécoise apparaît dans le paysage musical folk, prouvant une fois de plus que notre culture regorge de talents. Josianne Paradis se joint aux nombreuses filles qui s’expriment avec beaucoup d’aisance, alors qu’elles dévoilent une partie de leur journal intime.

Josianne Paradis a comme « concurrentes » les Ingrid St-Pierre (Je cherche les mots), Viviane Audet, Julie Blanche, mais également les chanteuses un peu plus commerciales à la Andréanne A. Malette puisque la musique entendue sur le EP « De Lorimier » est assez pop standard par moments, comme sur Monsieur Stock.

Josianne Paradis est d’après moi à son meilleur lorsqu’elle joue la carte de la douceur et de l’intimité, comme sur la très belle Janvier où elle dépeint avec justesse et délicatesse un rendez-vous manqué, l’hiver, sur un boulevard venteux qui balaie autant la neige que les espoirs amoureux. Espérons qu’elle poursuive dans cette veine.

Lauréate du Festival en chanson de Petite-Vallée en 2006, la brune musicienne a publié un premier album il y a quelques années et a roulé sa bosse sur scène, jouant plusieurs centaines de concerts au Québec, mais aussi en France et en Belgique. Véritable touche-à-tout, Josianne Paradis participe à plusieurs projets : batteuse pour le projet solo de Catherine Leduc (la fille de Tricot Machine), claviériste chez Les Guerres d’l’amour et de choriste dans La Boîte Vocale.

Josianne Paradis De Lorimier

JOSIANNE PARADIS
De Lorimier EP
(Production de l’Onde, 2014)

– Genre : folk pop
– Dans la même cour qu’Ingrid St-Pierre, Viviane Audet, Stéphanie Lapointe

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.