Originaire de Vancouver, Kurt Chaboyer roule sa bosse depuis plusieurs années. Il est maintenant basé à Montréal et est le leader de The Johnny Cash Machine, groupe hommage à la légende américaine. Mais c’est cette semaine qu’il fait paraître son premier album solo, « The Blue Flamingo ». Décrit par Chaboyer comme étant du rock « west-coast garage », son album emprunte aussi des sonorités au rockabilly, évidemment, au surf-rock et au folk-rock. On passe donc des années 50 aux années 70, toujours avec un plaisir à écouter ces compositions.

Tom Mennier a agi en tant que réalisateur et Don Murnaghan a collaboré comme ingénieur du son. La prise de son est d’ailleurs excellente. Le trait distinctif de cet opus est sûrement le jeu de guitare, qui est sensationnel. On retrouve justement une guitare baryton, qui n’est pas accordée de la manière qu’une guitare « régulière » et produit des sons beaucoup plus graves. On peut même parfois la confondre avec la basse! On l’entend très bien sur la première pièce du disque, la très bonne Started Out Walkin’. Le groove est très puissant et propulsif. Sur la chanson-titre, la guitare fait un peu surf. On croirait parfois même entendre le twang de Duane Eddy! Hommage à Nadia Comăneci tout en y mêlant une histoire d’amour, Nadia est une superbe ballade folk-rock.

Voici une version de la chanson-titre. L’album peut être écouté en entier sur la page bandcamp de l’artiste.

Sur Two-Headed Monster, les arrangements se démarquent, avec la trompette et les claviers qui apportent une touche festive à cette chanson légère. The Lonesome Song est une sorte de power ballad avec une touche de rockabilly et de country. La voix grave et chaude de Chaboyer rappelle vraiment ici celle de Johnny Cash dans la dernière décennie de la vie de ce dernier. On aime beaucoup le piano et la guitare slide sur cette pièce. Wait Another Day commence sur un motif de blues, puis la guitare baryton pleine d’écho et l’orgue se joignent à la chanson et lui donnent une couleur particulière. Le jeu entre les guitares et l’orgue est très réussi sur Fame To Claim. On embarque cependant un peu moins dans Paper Cup et Man Needs Cave.

« The Blue Flamingo » est donc le fruit de plusieurs influences, que Kurt Chaboyer est toutefois en mesure de s’approprier afin de créer quelque chose de suffisamment original et dont on ne se lasse pas non plus. Le jeu des musiciens est également d’un très bon niveau. Soulignons que l’album sera lancé le 6 mai au Divan Orange. Kurt Chaboyer sera accompagné par Ed Tapceanu, David Ratelle et Pierre-Alexandre Maranda pour y présenter les chansons de son nouvel album.

kurt chaboyer blue flamingo
KURT CHABOYER
The Blue Flamingo
(Indépendant, 2015)

-Genre : un mélange de rockabilly, de surf-rock et de folk-rock
-Un mélange entre Johnny Cash et Duane Eddy

Lien vers l’achat en ligne (bandcamp)
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

KURT CHABOYER fait revivre le rockabilly
ORIGINALITÉ 75%
AUTHENTICITÉ 80%
ACCESSIBILITÉ 80%
DIRECTION ARTISTIQUE85%
QUALITÉ MUSICALE85%
textes75%
80%Overall Score
Reader Rating: (0 Votes)
0%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d’heures d’écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.