Voici un band de reggae francophone aux propos soit contestataires (la pièce 9 à 5 est un refus global de la routine) ou plus tendres (Montréal pleure). Un duo avec Doba (ex-Dobacaracol) est sympathique, plus pop (Jack & Jane). La bande est à Montréal, mais originaire des Basses-Laurentides.

Sur la plupart des morceaux, les airs sont assez accrocheurs. Ils augmentent parfois la cadence pour se lancer dans un ska agrémenté de cuivres (Les chemins habituels), mais on est bien loin de la fougue de Me, Mom & Morgentaler, de l’art des Slackers ou de la puissance des Planet Smashers. À certains moments, La loi des cactus rappelle les moments ensoleillés des Respectables. La loi des cactus ne casse rien, mais plaira dans le contexte d’un festival extérieur où la légèreté et la joie de vivre au jour le jour sont au menu (Il y a des jours).

C’est sympathique, écoutez plutôt :

LA LOI DES CACTUS
Jack & Jane
(indépendant, 2012)
Lien vers la page Facebook du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.