C’est dans un Théâtre Corona (et non au Metropolis tel qu’initialement annoncé) bondé, chaud et humide que s’est produit la chanteuse pop britannique La Roux, venue présenter de nouvelles chansons – puisqu’un nouvel album paraît dans un mois – et bien sûr ses nombreuses bombes issues de son premier album éponyme, déjà vieux de 5 ans.

Parfois un peu froid à cause des multiplications des couches de voix superposées, pré-enregistrées, parfois complètement survolté lors des chansons les plus explosives, le concert de La Roux fut assez bref (70 mins, rappel inclus) mais bien condensé, et très énergique.

Bonne nouvelle pour les fans, plusieurs chansons du nouvel album sont très intéressantes, dont Silence. Il y a quelques semaines, l’artiste avait publié un nouveau clip pour la chanson Let Me Down Gently. La même amertume combinée avec des synthés 80 se retrouve dans la majorité des titres découverts. À moins que la rousse chanteuse nous réserve des versions différentes sur disque. On la sait capable.

Mais non. La Roux s’en est maintenu à la pop de club. Comme il ne s’agit que du deuxième concert de sa tournée américaine (le premier était à Toronto la veille), il ne semble pas y avoir de clips sur Youtube (du moins pour le moment).
Elly Jackson est apparue assez timide, chantant ses succès dans une quasi obscurité. En fait, aucun spot directement sur elle (le cauchemar des photographes) mais avec des lumières de club virevoltant dans tous les sens. C’est d’ailleurs à une ambiance de club danse dans laquelle La Roux nous a entraînés. Ses fans ne demandaient pas mieux. Ils ont été ravis, elle le semblait aussi.

photo live: Nicolas Pelletier (malgré l’éclairage extrêmement bas)

la-roux-2014

Photo par Simon Procter, Paris 2014

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur-en-chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.