Le fan de disco enlevant en moi (oui, j’adore la pop parfaitement slick d’ABBA et le spleen de La Roux, je l’avoue!) savoure encore et toujours les groupes qui arrivent à me faire planer avec une disco funky enlevante. Au fil des ans, pour cette raison, j’ai craqué pour Niagara, The Cars, -M- et tant d’autres au fil des années.

J’ai eu ce frisson avec la première chanson du nouvel album de Le Couleur, un trio montréalais qui en est à sa 5e année de service et à son 3e album, intitulé « Dolce désir ». Club italien est digne des meilleures mélodies de Mylène Farmer, et fera assurément danser le plus timide des auditeurs. J’adore sentir mes pieds décoller sur un air enlevant comme celui-là. En plus, le clip a été réalisé dans ce magnifique bar dont j’oublie le nom, sur l’avenue du Parc. La racée chanteuse Laurence y fait tourner les têtes.

Mais à ma grande déception, le reste de l’album « Dolce désir » n’est pas à la hauteur de cette épique chanson. Les mélodies de Tendresse particulière ou Autovariation #64 sont quelconques. On reprend espoir avec Télé-Jeans et ses questions existentielles (fille ou garçon / on se pose la question / une robe et un pantalon…). Ne cherchons pas la prose de haute-voltige de Voltaire, on est plus dans le calibre de Lio avec Le Couleur. Mais, honnêtement, ce n’est pas grave. Dans la pop de ce genre, ce qu’il faut est faire bouger l’auditeur à tout prix. « Dolce désir » n’atteint cet objectif qu’à moitié, et encore je suis généreux.

Mais une petite visite au Club italien de temps en temps sera un must.

LE COULEUR
Dolce désir EP
(Lisbon Lux Records, 2015)

-Genre: pop estivale
-Dans le même style que Mylène Farmer, Lio, Orange Orange

Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers le channel YouTube du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.