J’ai attendu que l’année 2015 soit terminée au complet avant de faire mon décompte. Des fois que Radiohead aurait sorti un album le 31 décembre. Tsé, un album innovateur avec une collaboration avec Jonas et l’une des sœurs Boulay.

Alors, oui, encore un décompte. De 50 pièces musicales en plus. Peut-être que c’est trop. Peut-être que ce n’est pas assez. Je ne sais pas. Mais, à un moment donné, il faut bien tracer une ligne. C’est ça qu’ils disent les Coréens.

L’autre inévitabilité avec un décompte, c’est que n’est jamais facile de discerner un ordre précis à savoir quelle pièce mérite d’être avant l’autre. C’est beaucoup plus facile de classer nos enfants ou ceux de nos proches de celui que l’on aime le plus à celui que l’on aime le moins. Pour poursuivre la réflexion, lisez mon blog «Honnêteté et Tribulations » sur le site Yoopa).

Ok.
Des règles de Luc à rappeler pour mon décompte:

Le nombre :
Un artiste ne peut avoir plus que 3 pièces dans mon décompte. C’est de même. Si Sufjan Stevens n’est pas content, il a juste à me convier à une bataille de dandy dans les rues de Détroit.

Le genre :
Ce décompte ne couvre pas l’ensemble des genres musicaux. Par exemple, tout en affectionnant la musique jazz ou la musique classique, ces dernières seront absentes de mon décompte. Le genre « musique écrite par Chris Hadfeild dans l’espace » n’est pas là non plus. Tu vois, il y a du bon à ne pas ratisser trop large.

Par ailleurs, quoique c’est limitatif de vouloir absolument définir le genre/style d’un artiste, cela peut-être un incitatif à la découverte. Donc, dans le but de mieux vous aider à cerner ce que vous pourriez aimez, j’ai rajouté une description à la droite des artistes. Ça vaut ce que ça vaut. Ça veut dire que, souvent, ça ne vaut pas grand chose.

Après des années où mon décompte paraissait sur le gros site sale de Mark Zuckerberg, j’en suis à un premier décompte de fin d’année sur RREVERB. Merci au site qui capote avec les R en majuscules.

C’est parti.

Ah oui, juste avant. Un rappel de mon top 12 de l’année 2014 :

12-Glitter Recession – East India Youth
11-Weird little birthday Girl –Happyness
10-Way to be loved –Tops
9-Chamber of reflection –Mac Demarco
8-Do you –Spoon
7- I Know myself –Amen Dunes
6-Like the moon –Future Islands
5 Today more than any other day –Ought
4 I hope time doesn’t change him -The Drums
3 Upstairs –Lost in the Trees
2-Montreal Rock Band Somewhere –Happyness
1-Ben’s my best friend –Sun Kill Moon

Ok. Là, c’est parti pour vrai:

51, ou la pièce sur le bord de 50 -Affection –Cigarettes after Sex (Dream pop/Slowcore)

Nous sommes toujours dans l’attente du deuxième album des clopeurs de Brooklyn qui veulent tellement nous dire qu’ils aimeraient tellement jouer dans un film de Jean-Luc Godard. Tsé, ce genre de personne là. Sur le simple Affection, on y voit le groupe jongler de nouveau avec les sonorités vaporeuses.

Avertissement : Je vais peut-être dénaturer toutes tes futures écoutes de cette pièce en te disant qu’on y attend aussi un rappel de « Take you there » de Sean Kingston.
Désolé.

T’as maintenant le droit de te joindre à Sufjan Stevens pour me faire du mal.

50- Ad Astra–Deerhunter (Pop-Rock/Néo-Psychédélique)

Le talent d’auteur et compositeur de Bradford Cox ne fait pas de doute. Si l’album Fading Frontier n’atteint pas le sommet de Microcastle (2008) il serait néanmoins l’album phare de plusieurs autres artistes.

Ad Astra est ma pièce préférée de l’album. Mais tant d’autres auraient pu se retrouver ici. Je vous invite à écouter les très bonnes All the same, Breaker, Duplex Planet, Take Care, Carrion et Snakeskin.
Ouin. À ce compte-là, t’es aussi bien d’écouter l’album au complet. Et plus qu’une fois. Prend donc congé demain et fais-toi un marathon Deerhunter.

C’est aussi bon que de faire un marathon Star Wars, mais en enlevant les séquences qui semblent être fières d’être pénibles. Ça veut dire en enlevant Hayden Christensen fâché, Hayden Christensen un peu fâché, Hayden Christensen sur le bord d’être fâché, Hayden Christensen perplexe à savoir s’il devrait jouer cette scène-là fâché, 13720 effets CGI de trop et, parce qu’il y a des mythes qui se déconstruisent en 3 secondes, un ridicule Darth Vader nouvellement créé qui se lève en titubant et en criant « NOOOOOOOOOOOOO! ».

En gros, les épisodes 1-2-3 plus le spécial de Noël de 1978.

Mais Deerhunter ne fera rien de ça, promis.

(Ad Astra ne se trouve pas sur Youtube. Voici donc Breaker)

49- The Glitzy Hive –Neon Indian (Chillwave/Synthpop)

Quelque chose de la petite corvette rouge de Prince.
Je faisais référence à la pièce « Little Red Corvette ».
Je vais pas toujours tout t’expliquer. Essaie de suivre.
Ou fait semblant.

48-Continental Shelf –Viet Cong (Rock/Post-Punk/Rock de nom-de-band-controversé))

Tirée du meilleur album canadien de l’année. Parce que je ne sais pas si Anne Murray a sorti quelque chose.

47- Dark Bird is home –The Tallest Man on Earth (Pop-Rock/Folk/Scandinavian-guitar-chords)

Dissipons ton interrogation perplexe : ce Suédois s’appelle en fait Kristian Matsson. Alors, non. Man on earth n’est pas son nom de famille.

Dark Bird is home est la meilleure pièce de l’album qui porte le même nom.
Et, à 3m44, Crimson and Clover. Presque.

46-Silly me – Sleaford Mods (Rock/Post-Punk/Minimaliste/Nottingham-kind-of-rap)

Si je vivais en Angleterre, je voudrais être un lad. Tu ne sais pas c’est quoi un lad? C’est parce que t’es clairement pas un lad.

Ici tout est dans la rythmique. Attends toi pas à plus que ça. Mais c’est déjà plus que beaucoup.

C’est aussi le meilleur riff de basse de l’année.

45- Hotline Bling –Drake (Hip Hop/R&B/Tour du CN-Rap)

Une pièce probablement déjà usée à la corde. Mais rappelle-toi quand tu l’as entendue la première fois : Irrésistible. À moins que c’était au même moment où tu ne trouvais pas tes clés.
Je le concède, ça n’a pas été toujours facile pour toi en 2015.

Respect.

44-Pears for lunch –Girl Band (Rock/Noise-Rock/Sloppy-Twenties-Rock)

Des Irlandais. Ça te situe.
Tu as tellement de stéréotypes que c’en est inquiétant.

Pears for lunch, ça se peut que ce ne soit pas pour toi. Très possible même. C’est peut-être trop slack-mou ou trop edgie-ravin-Thelma and Louise-style.
Moi c’était la pièce que j’écoutais à l’automne 2015 avant d’aller manifester.
« DANS L’CUL CHAREST! »

Je recycle toujours mes pancartes.

43- In Its Infancy (The Waterfall) –My Morning Jacket (Rock/Rock-Psychédélique/Country-même-un-peu-des-fois-mais-pas-vraiment-sur-cette-pièce-là)

Si tu cherches une pièce imagée que ne bouderait pas le rock progressif, tu es entre bonnes mains. Et je tiens à dire que c’est rare que le rock progressif ne boude pas. Je suis déjà allé à la Ronde avec Peter Gabriel et il m’a boudé ça pendant tout l’après-midi juste parce qu’on n’avait pas commencé par les autos-tamponneuses.

Le leader de la formation, Jim James, est le Brendan Gahallager de la musique du Kentucky. C’est juste pas pareil sans lui.

En passant, en disant Kentucky, je ne pensais pas au restaurant mais à l’état états-unien.
Tu te dis que tu le savais et que tu n’es pas un idiot?

Mais tu t’es fait avoir PARCE QUE, EN FAIT, je pensais vraiment au restaurant Kentucky en disant ça.
T’es un idiot finalement.

Oui. Ça risque d’être rough pour toi en 2016.

42-Young Coconut -Mac Demarco (Jangle-Pop/Jizz-Jazz)

L’été 2015 instrumental. Écoute Onion Man juste après et tu vas être comblé comme un peigne.

41-Swerve –Hermit’s Victory (Pop/Ambient)

« Hermit’s Victory est un groupe de la Caroline du Sud mené par Tyler Bertges (En fait, je pense qu’il se mène tout seul), qui joue dans le même terrain que Here We Go Magic.

Hermit’s Victory a proposé (j’aurais pu dire « lancé dans la marre » mais les figures de style s’inspirant des lieux humides, ça suffit), son premier album plus tôt cette année. J’ose dire que cet album doit faire partie des meilleurs albums qui n’auront pas eu la résonance nécessaire pour se classer dans les listes de meilleurs albums de fin d’année. »

-Tiré de « 7 PIÈCES QUE TU DOIS METTRE DANS TA PLAYLIST DE LA RENTRÉE 2015 »
Luc Leblanc 2015/09/14

Pour les 10 prochaines chansons, clique ici!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

1 2 3 4 5

About The Author

Luc Leblanc
Blogueur - RREVERB

Faire des listes. Faires des listes de tout. Rien de plus commun maintenant. Ou de plus 2009. Luc aimerait bien se distinguer en vous disant qu’il est passé à autres choses. Mais non, ça n’arrivera pas. Luc fait des listes. Déjà 5 ans qu’il partage son décompte des 100 meilleures pièces de l’année. Avec le souhait même pas secret que quelqu’un, quelque part, y trouve de la musique qui lui aurait échappée. Ou même de la musique qui transformerait sa vie. Dans ce cas-là, Luc trouve que ce serait peut-être un peu trop. Mais il est prêt à vivre avec.