Cette magnifique chanteuse soul née à Londres a tout ce qu’il faut pour réussir. Belle comme une fleur, sensuelle sans être vulgaire, talentueuse et habile au chant comme à la guitare. Un champ de possibilités s’ouvre devant elle, à seulement 25 ans.

Déjà, je l’avais remarquée à Osheaga en 2013. Par son charisme, criant. Puis, dans la seconde suivante, par son habileté à créer de la soul délicatement sensuelle, en toute classe.

lianne la havas makeup

Aujourd’hui, Lianne La Havas débarque avec un deuxième album solide, qui met en valeur ses meilleurs atouts. De la sensualité sur le premier single Unstoppable (voir le magnifique clip ci-dessous), de la pop accrocheuse qui pourra rivaliser avec celles de Kelis ou même de Janelle Monáe (What You Don’t Do) et qui pourra se faire entendre dans le contexte de films ou émissions de télé, ce qui est une des meilleures sources financières et de visibilité dans le mix aujourd’hui. Cette fille a une voix riche, « thick », dont on sent l’indéniable qualité à chaque occasion.

Plus loin, l’entendre susurrer « Wasn’t it kind of Wonderful, babe… » à l’oreille est un délice. Il faut être fait de marbre (ou de bois!) pour ne pas être allumé par mademoiselle La Havas dans un tel contexte musical. Ouf, il fait chaud!

 

On sent que cette fille pourrait épouser le style de Sade si elle le voulait (Tokyo), ou même celui de Beyoncé (Grow), plus affirmé. Mais elle semble vouloir suivre son propre chemin au fil de ses propres compositions, ce qui est plus que louable. À d’autres moments, c’est un côté plus expérimental, à la St. Vincent, qu’elle explore. Le refrain tout en disto de Never Get Enough est complètement différent du reste de son album, montrant une autre corde à son arc. Le fait qu’elle joue très bien de la guitare la distingue des autres simples chanteuses soul qui ne se basent que sur leurs cordes vocales (et leur look).

lianne la havas

In Style UK, 2012

Le titre « Blood » rappelle que l’album est une célébration de ses origines jamaïcaines et grecques. C’est lors d’une tournée en Jamaïque avec le matériel de son premier album « Your Love Big Enough », où elle a joué aux côtés de l’artiste reggae et dancehall Stephen McGregor qu’elle a recruté ce dernier comme réalisateur de cet album.

« Blood » n’est peut-être pas l’album de l’année, mais il est l’une des solides pierres qui construisent la (bientôt) brillante carrière de cette splendide musicienne. À sa sortie le 31 juillet dernier, l’album s’est pointé au 2e rang des albums britanniques et au premier en Norvège et aux Pays-Bas. Ce qu’on voit ici n’est que le début.

À découvrir.

LIANNE LA HAVAS
Blood
(Warner Bros Records, 2015)

-Genre: soul pop
-Dans le même style que Kellylee Evans, Janelle Monáe, Sade, Lauryn Hill, Kelis

Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers le channel YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.