La chanteuse suédoise Lykke Li vient de lancer son album le plus difficile à créer (pour elle), mais probablement le plus accessible à écouter (pour nous). Jadis beaucoup plus tournée vers la musique électronique froide, Lykke Li réalise cette fois un album triste – certes –, mais plus facile d’écoute (Just Like A Dream).

Le thème de l’album est cette fameuse peine d’amour – la pire de sa vie, avoue-t-elle, qui l’a fait fuir sa Suède natale pour l’autre bout du monde : Los Angeles. Sous le chaud soleil de Californie, la sombre musicienne a d’abord tenté de guérir ce cœur brisé qu’était le sien, produisant par le fait même neuf chansons. Un long et pénible processus de deux ans et demi.

La voix de Lykke Li est beaucoup plus perçante et puissante que sur ces premiers albums. On pourrait situer ce « I Never Learn » à mi-chemin entre la Lady Gaga (Gunshot) et The Knife, deux extrêmes, certes, mais montrant à quel point Lykke Li s’est rendue plus accessible avec les années, tout en conservant un aspect un peu flyé, une couleur bien particulière. Sur Heart of Steel, c’est aux envolées grandioses de Florence + The Machine auquel on pense, avec ces appuis gospel.

Voici quatre des neuf chansons de « I Never Learn » :

Lykke Li ose la chanson acoustique « guitare sèche et voix » et ça donne l’excellente Love Me Like I’m Not Made Of Stone, probablement la pièce la plus puissante de tout son répertoire. La tristesse perce les haut-parleurs, le désespoir amoureux est bien présent, sans que les sentiments ne soient exagérés. Une très belle réussite.

Au niveau look, Lykke Li est plus « normale » qu’avant : fini l’époque des sourcils rasés à la Lady Gaga. Son apparence est plus simple : cheveux longs foncés, maquillage simple.

Li a eu recours aux réalisateurs Björn Yttling (son complice de longue date – aussi bassiste de Peter Bjorn and John et réalisateur des œuvres de Taken By Trees, Franz Ferdinand et Sahara Hotnights, pour ne nommer que celles-là) et Greg Kurstin (qui a récemment travaillé avec Lily Allen, The Shins et Tegan & Sara).

« I Never Learn » est le troisième album de Lykke Li. Sachez qu’elle a également été modèle pour les jeans Levi’s ainsi qu’actrice, dans le tout récent film « Tommy », du réalisateur Tarik Saleh, celui-là même qui a créé le clip pour la chanson No Rest For The Wicked.

Lykke-Li-I-Never-Learn
LYKKE LI
I Never Learn
(LL / Atlantic, 2014)

-Genre: pop vaporeuse
-Dans le même genre que Florence + The Machine, The Knife

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste

 

LYKKE LI : la plus grosse peine d’amour de sa vie
Originalité80%
Authenticité80%
Accessibilité70%
Direction artistique85%
Qualité musicale85%
Texte80%
80%Overall Score
Reader Rating: (2 Votes)
78%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré plongeant dans tous les genres et époques, Nicolas Pelletier a publié 6 000 critiques de disques et concerts depuis 1991, dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, lance le site RREVERB en 2014, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016. Il dirige maintenant la stratégie numérique d'ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada.